Magazine Politique

Un mot sur Vincennes : une ampleur inattendue pour "l'affaire CAILLIEZ"

Publié le 29 juin 2009 par Tmurcier@hotmail.com

C'est l'histoire d'une famille installée depuis plusieurs dizaines d'années dans une ville qu'ils aiment profondément. Une famille qui a beaucoup donné à Vincennes, tant dans le domaine associatif que culturel.

Cette famille, c'est aussi celle de l'un de mes meilleurs amis, qui n'est autre que le Président du club de football entreprise le plus connu à Vincennes, du moins chez les 18-40 ans.

Problème : la maison dont ils sont propriétaires figure sur une liste d'emplacements réservés de la ville de Vincennes afin de réaliser des logements sociaux.

La famille Cailliez a toujours été favorable à l'augmentation du nombre de logements sociaux, évidemment. Pour preuve, et bon nombre de Vincennois le savent, cette famille a toujours accueilli régulièrement et gratuitement des amis de passage et des personnes en difficulté financière.

Simplement, le fait d'être sur cette liste autoriserait la mairie à exproprier quand elle le souhaiterait la famille. Un groupe de soutien a été lancé sur Facebook, et quel succès, puisqu'il y a déjà plus de 600 membres en quelques jours! Une web pétition, seul recours juridique pour cette famille, est en ligne. Il faut la signer.

La mairie a réagi sur Facebook, par l'intermédiaire du Spin Doctor de Laurent Lafon. Mais cette réponse n'est pas claire. La mairie affirme "ne pas avoir l'intention d'exproprier les Cailliez", mais refuserait toujours de retirer le bien de la famille de la liste... En théorie, donc, leur maison resterait « expropriable »...

Et quand bien même la mairie n'envisagerait pas d'exproprier la famille, les conséquences de figurer sur cette liste sont multiples :

- le fait de classer un bien immobilier lui fait automatiquement perdre de la valeur

- le fait de classer un bien immobilier pose des problèmes lors de la succession

- le fait de classer un bien immobilier le rend inconstructible (code de l'urbanisme)

- le fait de laisser le bien sur la liste des emplacements réservés implique que l'acquisition par la mairie peut se faire de deux manières : à l'amiable (solution peu envisageable actuellement), par expropriation (décidée par un juge, qui fixe alors le prix de rachat).

Même si l'on peut prétendre que la Mairie serait dans son droit, ces pratiques constitueraient dans les faits une atteinte au droit de propriété.

Pour nous, il est hors de question que la Mairie leur fasse payer le prix des politiques municipales antérieures, où l'équipe municipale préférait s'occuper de ses électeurs aisés plutôt que de favoriser la mixité sociale !!! Il y a sur Vincennes suffisamment d’immeubles désaffectés pour créer des logements sociaux sans pour cela infliger autant de pression à cette famille.

Rejoignez-nous!

PS : Merci à Vincennes Hebdo pour l'article publié ce jour sur le sujet, et les très bonnes explications qu'il apporte.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tmurcier@hotmail.com 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines