Magazine Talents

le roman des amoureux : Les folies bergères avec Jelly Roll Morton

Publié le 30 juin 2009 par Aurore @aurore


le roman des amoureux : Les folies bergères avec Jelly Roll Morton
Les folies Bergères.

Les folies bergères étaient l'un des endroits les plus fréquentés de Paris au début de ce siècle. Son décor envoûtant, plantes et jeu d’eau, donnait l’impression de se retrouver dans un jardin oriental. Aucunes portes n'étaient posées de la salle théâtrale au hall ou dans le promenoir. Chacun circulait comme bon lui semblait. Ce lieu de divertissement était un endroit très convoité tant il représentait la liberté. Sa position au plein cœur de la capitale lui assurait sa prospérité.
Bien que ce théâtre ait une réputation d’Art populaire, il attirait des foules en délire dans son enclave.
Monsieur  De Roiblasse au courant de cette soirée, redoutant les bousculades mais surtout les approches de jeunes gens àl’affût de sa jeune belle accepta à la seule condition qu’elles fusent accompagnées par Ignace leur majordome.

« Ma jolie, ta cousine Géraldine a toujours des idées quelques peu dangereuses et osées. Je te donne ma permission à une condition que ton frère Paul vous accompagne et vous ramène saines et sauves. »


Dans cette ambiance de fête les deux jeunes filles se préparèrent ainsi que Paul d’ailleurs qui se revêtit de son plus beau couvre-chef, un chapeau haut de forme en feutrine noire et couvrit ses épaules d'une longue gaberdine.
Colette pourcette occasion choisit sa robe mousseline de couleur rose, tenant une fleur à la main quand à Géraldine, elle se décida pour sa robe jaune dont le décolleté laissait entre-apercevoir une poitrine galbée.
 


le roman des amoureux : Les folies bergères avec Jelly Roll Morton

Les jeunes gens prirent places dans la calèche familiale. Colette près de la portière et Paul assis cote à cote de Géraldine.

Les rires montants firent soupirer le brave Ignace qui essayait tant bien que mal de se frayer un chemin dans ce grand boulevard des galeries Lafayette.

Les lumières éclairaient  la rue, les nouvelles voitures étaient toutes aussi brillantes et lustrées les unes que les autres . Il faisait juste un froid à vous ragaillardir. On distinguait les jeunes filles agitant gaiement leurs mouchoirs multicolores. Toute la jeunesse se dirigeait au même endroit ce soir là car la représentation annoncée était unique. L’arrivée de Jelly Roll Morton, le musicien des musiciens de passage dans la capitale, faisait monter le son des réjouissances. 20 heures, pile à l’heure, lorsque la calèche se gara devant la porte d’entrée du fameux cabaret. La foule pressait le pas. Les cotillons étaient au rendez-vous.

Paul était fier de tenir par le bras ces deux jeunes demoiselles.
...
AURORE
"big fat Ham" (1923)was recording by Jelly Roll Morton


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aurore 472 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine