Magazine Assurances

Le coût croissant et la multiplication des ouragans pourraient mettre en danger le marché américain de l’assurance en 2009

Publié le 30 juin 2009 par Newsassurances

Alors que la saison des ouragans commence aux États-Unis, comme chaque année les assureurs américains s’inquiètent du coût croissant de ces catastrophes naturelles. Selon EMB, cabinet conseil en actuariat implanté aux Etats-Unis et dans le monde entier, l’année 2009 risque d’être encore plus périlleuse pour les assureurs transatlantiques en raison de la crise financière qui les a rendus vulnérables.

Ainsi, un ouragan important dévastant les Etats-Unis cette année pourrait bien avoir un effet tout aussi dévastateur sur le paysage assurantiel aux Etats-Unis qui a déjà vu l’un de ces géants, AIG, mettre un genou à terre suite à la crise financière.  Selon EMB, plusieurs facteurs se sont combinés pour mettre le marché US dans cette position vulnérable à l’aube de la saison 2009 des ouragans, et notamment le coût sans cesse croissant des dommages causés par les catastrophes naturelles, la concentration tout aussi croissante de population dans les zones exposées à ces catastrophes naturelles, et le niveau de capitalisation de l’assurance dommages aux Etat Unis érodé par la crise financière.

Cette dernière décennie a expérimenté une hausse vertigineuse du coût des catastrophes naturelles, avec 9 des 12 catastrophes naturelles US les plus coûteuses intervenues depuis 2004. Un exemple frappant de cette hausse est l’ouragan Ike de 2008, seulement de catégorie 2 (sur 5) lorsqu’il a touché la ville de Galveston au Texas. Malgré sa faible intensité, Ike est devenu le 3e ouragan le plus coûteux aux Etats-Unis. Ainsi l’année 2008, bien qu’aucun ouragan ayant touché la côte n’ait été supérieur à la catégorie 2, est la 4e année la plus coûteuse en catastrophes naturelles de l’histoire pour les assureurs américains.

“Les dommages causés par l’ouragan Ike l’an dernier ont pris les assureurs américains par surprise bien que l’éventualité de catastrophes naturelles majeures soit déjà prise en compte dans leurs modélisations,” précise Alice Gannon, consultante chez EMB aux Etats-Unis. “Le marché doit se préparer à faire face à des coûts toujours croissants de catastrophes naturelles – ce que certains assureurs pourraient trouver de plus en plus difficile à surmonter en raison de l’état de l’économie.”

En effet, alors que les coûts croissent, les ressources diminuent : la chute des marchés a entraîné une forte baisse des actifs investis et des revenus financiers. Il en résulte une capitalisation actuelle des assureurs IARD bien inférieure à celle de l’année dernière à la même période. L’actif net du marché de l’assurance aux Etats-Unis est inférieur de 13% par rapport à son plus haut taux en 2007. Par ailleurs, l’instabilité des marchés financiers rendra aussi plus difficile l’accès au marché des capitaux en vue d’augmentation de capital.

L’ensemble de ces facteurs font que le marché de l’assurance IARD aux Etats-Unis pourrait se trouver en grand danger dans le cas de la survenance d’un ouragan de grande ampleur du type de l’ouragan Katrina qui a touché la Nouvelle-Orléans en 2005. Il existe de plus un réel risque de liquidité dans le cas où une telle catastrophe surviendrait en raison de l’état très peu liquide du marché actuel. Selon EMB, un événement catastrophique approchant les 100 milliards de dollars de dommages pourrait entraîner l’insolvabilité de plusieurs assureurs, ou, au mieux, la fusion sous contrainte de certains d’entre eux.

Bien que le pire soit toujours possible, il faut néanmoins noter que les assureurs US spécialisés en dommages ont particulièrement mieux résisté que les autres secteurs des marchés financiers qui ont déjà été décimés par la crise financière. EMB considère que cette relative bonne tenue du marché est plus particulièrement due à l’adhésion du marché aux mesures de bonne gouvernance des risques, où AIG constitue une exception à la norme. “L’assurance et le risk management sont tellement indissociables aujourd’hui, une saine gestion des risques est rendue si indispensable à l’activité d’assurance, qu’il n’est pas rare de voir des assureurs survivre et même prospérer dans des situations qui auraient des effets dévastateurs dans d’autres industries,” conclut Stéphane Chappellier, associé d’EMB en France.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Newsassurances 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines