Magazine Histoire

Monter sur ses grands chevaux

Par Choupanenette

Il en était des chevaux du temps jadis un peu comme des automobiles du nôtre : tous n'avaient pas la même taille et la même fonction. En gros il en existait de trois sortes : les chevaux de parade, ou de voyage, les palefrois "por chevauchier à l'aise du cors", qui étaient aussi les montures des dames ; les roncins, bêtes porteuses d'armes et bagages, aussi appelés somiers (de somme), qui servaient également aux écuyers et gens de moindre importance ; enfin les destriers, étaient ainsi nommés parce que l'écuyer les conduisait de la main droite (la dextre) quand il allaient "à vide".syubz5fg
     Mes sires Gauvains fu armez,
     Et si fist a deus escuiers
     Mener an destre deus destriers.
               (Le Chevalier de la charrette, XIIe)
C'étaient les chevaux de combat, de belle race et de haute taille - plus le cheval est grand, mieux on domine son adversaire - les grands chevaux.
     Or sachiez que, quant ils monterent,
     Il i ot ploré maintes lermes.
     Trois somiers a robes et armes
     Orent, et granz chevax de pris.
               (Guillaume de Dole, XIIIe)
Monter sur ses grands chevaux c'est donc le signe de la bataille : "Atant guerpissent (abandonnent) les palefrois, si sont es destriers montés" (XIIIe). Naturellement ce n'est pas une action que l'on entreprend l'esprit calme et serein, il y faut de la fougue et de l'arrogance. "On dit aussi - dit Furetière - qu'un homme monte sur ses grands chevaux ; pour dire qu'il parle en colère & d'un ton hautain."


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Choupanenette 112 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine