Magazine

Saint Augustin, Sermon sur les morts spirituels (3)

Publié le 30 juin 2009 par Walterman
3. L'Ecriture ne nous parle que de trois morts visibles ressuscités parle Christ. Il est certain qu'il a ressuscité par milliers des morts invisibles; mais qui sait combien il en a ressuscités de visibles? Car tout ce qu'il a fait n'est pas écrit. «Jésus a fait beaucoup d'autres choses, dit Jean en termes formels; si elles étaient écrites, je ne pense pas que le monde entier pût contenir les livres qu'il faudrait composer (Jn 21,27).» Il est donc sûr que le Sauveur a ressuscité beaucoup d'autres morts; mais ce n'est pas sans motif qu'il n'est fait mention que de trois.
Notre-Seigneur Jésus-Christ, en effet, voulait qu'on vît encore un sens spirituel dans ce qu'il faisait sur les corps. Il ne faisait pas des miracles pour faire des miracles; il prétendait qu'admirables à l'oeil, ses oeuvres fussent une instruction pour l'esprit. Un homme voit des caractères sur un livre magnifiquement écrit, mais il ne sait lire; il loue l'adresse du copiste, il admire la beauté des traits, mais il en ignore la destination et le sens; ses yeux s'extasient ainsi devant ce que ne comprend pas son esprit. Un autre au contraire admire et comprend, car il ne voit pas seulement ce que tous peuvent voir; il sait lire encore, ce que ne sait le premier qui n'a point appris. Ainsi parmi les témoins des miracles du Christ, il y en eut qui ne saisissaient point ce qu'ils signifiaient, ce qu'ils révélaient en quelque sorte à l'intelligence; ceux-là ne les admiraient que comme des faits extérieurs; mais il y en eut d'autres qui en comprenaient le sens tout en les admirant, et c'est à ceux-ci que nous devons ressembler dans l'école du Sauveur.
Si l'on dit en effet qu'il a fait des miracles pour faire des miracles, on peut avancer également qu'en cherchant à cueillir des figues sur le figuier, il ignorait que ce n'en était pas la saison. L'Evangéliste dit positivement que ce n'était pas le moment des figues; le Sauveur toutefois en cherchait sur cet arbre pour apaiser sa faim. Mais quoi! le Christ ignorait-il ce que savait un paysan? Le Créateur de ces arbres méconnaissait-il ce que savait le jardinier? Il faut donc reconnaître qu'en cherchant des fruits sur cet arbre pour apaiser sa faim, il voulait faire entendre qu'il avait faim d'autre chose et qu'il cherchait une autre espèce de fruits. On le vit de plus maudire ce figuier qu'il trouva couvert de feuilles mais sans aucun fruit, et cet arbre se dessécha. Or comment avait-il démérité en ne portant pas de fruits (Mt 21,18-19 Mc 11,13)? Quel crime peut commettre un arbre en demeurant stérile? Ah c'est qu'il est des hommes dont la stérilité est¨volontaire, et la volonté les rendant féconds, ils sont coupables de ne pas l'être. Tels étaient les Juifs; arbres chargés de feuilles et dénués de fruits, ils sevantaient de posséder la loi sans en faire les oeuvres.
J'ai voulu prouver, par ces développements, que Jésus-Christ Notre-Seigneur faisait des miracles pour nous instruire; il ne les donnait pas seulement comme des oeuvres merveilleuses, magnifiques et divines, il voulait encore nous donner par eux quelques leçons.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Walterman 1547 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte