Magazine Sexo

Témoignage : le shibari, contrainte et douceur

Publié le 30 juin 2009 par Neoplaisir
Retour aux articles 30.06.2009 14:36:13
 

"J'aime beaucoup en parler, parce que bien souvent, les gens, même libertins, ont une image assez exagerée du bondage et du shibari ... ils voient ça très hard."

D. m'explique que le shibari (mot qui signifie "attaché, lié" en japonais) relève d'une contrainte dans la douceur.

Comme j'en étais un peu surprise et pensais que le sujet méritait explications, je me suis empressée de poser quelques questions sur le shibari :

 


 

 

Pourriez-vous nous dire en quoi consiste le shibari ?


Le shibari (ou bondage japonais) consiste à immobiliser son/sa partenaire au moyen de liens.

 

 

Où, quand et comment avoir pris connaissance de cette pratique ?

 

J'ai toujours été attiré par le fait d'attacher ma partenaire, j'ai commencé simplement avec "les moyens du bord" puis j'ai rencontré une femme pratiquant le shibari qui m'a appris pas mal de choses, à commencer par les "regles de sûreté" et les recherches esthétiques.

 

Je suis tombé sur des photos, j'ai commencé à me documenter, à discuter avec des gens, à faire des "essais". J'ai beaucoup lu sur le net, dans des livres. En fait, on voit des choses, on essaye des choses, en trouve des techniques chez d'autres... et on invente, en fonction de ses goûts et de ses partenaires : les femmes un peu grasses ne "rendent" pas pareil que les filles maigres, il faut donc aussi apprendre à "gérer" le corps de la partenaire, pour mettre en valeur ce qui doit l'être, sans augmenter les défauts.

 

Il existe un bouquin, Asia bondage de mémoire, qui est un recueil de photo de shibari en cours de réalisation, qui permet justement de voir les différentes techniques, la facon de faire les noeuds (tout le monde n'est pas marin), et donne des idées de positions.

 

 

 

Avec quoi attachez-vous votre partenaire ?

 

Certains utilisent les cordes de polypropylène. Je préfère le chanvre, pour l'odeur, la sensation rugueuse et douce et aussi parce que les noeuds ne glissent pas. J'utilise des cordes assez épaisses, 8 ou 10 mm, pour qu'elles marquent la peau sans trop s'enfoncer dans les chairs.

 

En général, on prend plusieurs cordes, pour des raisons pratiques, sinon, non seulement la corde s'entortille mais en plus on passe un temps fou à la "passer"... J'utilise des cordes de 7m et d'autres de 10 ... certains préfèrent 3 et 5m ... Je peux en utiliser 5 ou 6 sur une femme. (Exemple une courte pour attacher le poignet au biceps (X2), une courte pour attacher la cheville à la cuisse (X2), une courte pour maintenir les bras ecartés et les cuisses ouvertes, une longue pour faire une serie de lozanges devant et derriere (du cou à la nuque en passant par l'entrejambe)... je ne sais pas si tu as tout suivi :)) 


Mes cordes sont identifiées par des ligatures de couleurs en fonction de leur taille, jaunes pour les courtes et rouges pour les longues.

 

 

 

Les cordes et le corps de votre partenaire vous laissent-ils une grande liberté de création ? Wikipédia parle en effet dans cet article de "figures géométriques imposées".

 

En fonction de l’anatomie de la personne attachée, des envies du moments, des intentions, on se laisse aller à ses envies, selon le resultat recherché. De plus, je ne suis pas à la lettre les préceptes imposés par les canons japonais, qui sont tres “réglementés” (comme tout ce qui est traditionnel et japonais).

 

 

 

Shibari

Photographie libre de droit provenant de http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dani-020914-2871-02.jpg


"L'intérêt de cette photo est qu'elle montre un shibari "moderne"(loin des "exercices imposés" de la tradition japonaise), simple, réalisable par tout le monde. Et que la dame n'a pas l'air de souffrir le martyr... La question qu'elle inspire est, pour moi :"est-ce que j'aimerais être à sa place?" ou "est-ce que je prendrais plaisir à faire ça ?" donc, elle illustre pas mal l'idée et elle sort un peu le shibari du carcan habituel du "c'est extrêmement compliqué, très codifié, j'y connais rien."

 

 

 

Le shibari, pour quoi faire, qu'est-ce que cela vous apporte ?

 

Je pense que ça m'apporte une satisfaction intellectuelle, esthétique, et aussi le plaisir de la domination, de transformer la femme en "objet" esthétique.

Si une femme est belle nue, elle l'est peut-être plus avec des sous-vêtements attrayants, non ? Les cordes sont une sorte d'autre sous-vêtements, plus "contraignants" et qui changent comme on veut... En clair, je recherche la même chose en parant une femme de cordes que toi en te mettant en sous-vêtements sexy... la contrainte physique en plus...


Les plaisirs éprouvés: j'aime immobiliser ma soumise dans une position "ouverte" ou "fermée", symetrique ou pas, confortable ou pas. J'aime la caresse rugueuse de la corde sur ses chairs et celle plus douce de mes mains, j'aime faire attention à ne pas la brûler mais contraindre son corps, le bloquer, l'immobiliser. Les cordes sont une parure, on peut en jouer à volonté, les placer où on le desire. Lors de l'attachement, les mains caressent la peau de la soumise, elles sont douces ou fermes, la corde serpente en permanence sur son corps, tantôt claquante tantôt caressante. Je soumets le corps de ma partenaire en laissant aller mon imagination mais je suis aussi à son écoute, à vérifier que ça va, que rien ne fait mal, que les liens sont bien placés, que les noeuds n'appuient pas sur les articulations.

 


Et pour la personne attachée ?

 

Pour ce qui est du plaisir de la personne attachée, outre le côté esthétique, caressant, c'est la sensation parait-il plaisante de s'abandonner aux mains de son maître, d'être "objetisée" qui semble prédominer

 

 

Une fois la personne attachée, que se passe-t-il ? Vous détachez ?

 

Une fois attachée, la personne est le plus souvent caressée, elle peut être "utilisée" si elle a été attachée "ouverte", en fonction de la position. La bouche étant toujours accessible, il m'arrive de me faire sucer, il m'arrive aussi de jouer de la cravache ou du martinet, doucement, juste pour claquer... et le "détachage" est assez long aussi, et une fois terminé, le corps garde les marques de cordes un bon moment (dependant des personnes, des cordes et des endroits du corps).


 

Si demain je veux attacher mon mari, quels conseils me donneriez-vous ?


Maitriser ses noeuds, éviter les noeuds coulants ou coulissants, vérifier regulierement la couleur et la température de la peau de la personne attachée apres les noeuds (mains, pieds) pour ne pas couper la circulation sanguine, éviter les points de compression douloureux (maléoles l'une contre l'autre par exemple) ou les positions provocant des crampes, ne pas serrer plus que de raison, inspirer la confiance à votre partenaire et enjoy...

 

 

Les noeuds, justement, pourriez-vous nous en parler ? Sont-ils simples ou difficiles à réaliser ? Combien de noeuds différents utilisez-vous en général ?...

 

J’utilise plusieurs noeuds, en fonction du résultat que je veux obtenir. Ils sont généralement simples. Ayant fait un peu de bateau, je connais quelques noeuds mais on s’en sort sans...

J’utilise le noeud plat, de chaise, de tisserand, le classique “un tour mort et deux demi clés”, (bien que je fasse souvent plus d’un tour mort). Je bloque aussi généralement le début de la corde par un tour mort, pour ne pas commencer par un noeud qui fait une épaisseur.

J’avais une fois commencé un attachement en ayant fait un noeud de capucin bloqué au milieu de la corde, qui donnait une sorte de gode que j’avais recouvert d’une capote et introduit dans le vagin de ma soumise ; les cordes partant ensuite une vers l’avant l’autre vers derrière...

Donc, non, ce n’est pas difficile, mais il est préférable de s’entraîner avant plutôt que de faire des choses inesthétiques et qui ne tiennent pas... c’est TRES énervant un noeud qui lache ;)   

 

 

"Inspirer la confiance" avez-vous dit. Cela semble en effet primordial. Avez-vous déjà été dans la situation d'un refus, d'un blocage de la personne qui devait être attachée ?

 

Oui, une femme qui ne connaissait pas, qui était très tentée, tout à fait partante et qui s’est mise à trembler et à bloquer dès qu’elle a eu les mains attachées ... je l’ai détachée, on a parlé, elle a préféré que je commence par les pieds, pour garder l’impression de pouvoir se libérer ... Mais dans la plupart des cas, ça se passe bien...

 


 

Merci pour ce témoignage !

 

 


 

 

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez trouver bon nombre de renseignements sur Internet. Voici quelques liens :

 

Site Encordées : http://www.encordees.com/accueil.html informations, techniques, photographies. Le blog d'Encordées, pour se tenir au courant de l'actualité du bondage : http://www.encordees.com/blog/

 

L'article de wikipédia sur le shibari : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bondage_japonais qui développe notamment une partie historique et fournit des termes techniques. Voir également l'article "bondage" qui revient notamment sur les motivations d'une telle pratique.

 

Le site de Philippe Boxis : http://www.french-shibari.com qui présente succintement le shibari, puis son parcours personnel, des galeries de photographies et un agenda. (Voir l'article du blog Le boudoir libertin présentant le dvd Leçons de cordes de P. Boxis et F. Kyrel)

 

Photographies sur http://artshibari.bookspace.fr/ (demander un mot de passe pour avoir l'accès),

 

Une galerie disponible ici http://paulweb.bookspace.fr (même principe, mot de passe requis pour accès à cette galerie). Paul Web dispose également d'un blog où se trouve une rubrique fournissant des explications sur le shibari et notamment les suspensions. Voir également ses conseils de lecture et une sélection de sites et blogs.


Publié par steph

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Neoplaisir 121 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine