Magazine Société

Comment le FN gérait ses villes, un bilan très très mitigé

Publié le 02 juillet 2009 par Michelmi

Dimanche 5 juillet 09, le Front national pourrait à nouveau gérer une grande ville française pour la première fois depuis 2002. A Hénin-Beaumont, la liste menée par Steeve Briois et Marine Le Pen est en effet arrivée en tête au premier tour...

Comment le FN gérait ses villes, un bilan très mitigé

In fine, le FN peine à appliquer son programme. En partie en raison des barrières légales insurmontables pour un simple maire, mais également pour des problèmes de gestion économique. A Marignane, les impôts locaux augmentent, et le centre-ville n'est finalement pas rénové. La chambre régionale des comptes dresse un rapport accablant, tout comme pour Vitrolles. En revanche, elles est plus élogieuse envers les finances d'Orange, qui a réussi à contenir ses dépenses courantes tout en diminuant les impôts locaux.

Mais, alors que les élus FN ont souvent fait campagne sur la lutte contre les malversations des équipes précédentes, et promis davantage de transparence, certains d'entre eux sont rapidement accusés des mêmes pratiques. Bruno Mégret est condamné en 2007 en appel pour avoir utilisé les moyens de la mairie de Vitrolles pour financer sa campagne pour les présidentielles. A Toulon, Jean-Marie Le Chevallier est condamné en 2003 pour subornation de témoins dans l'affaire du meurtre de son directeur de cabinet.

En 2001, il perd les élections et laisse une ville surendettée, en 2002 c'est au tour de Catherine Mégret à Vitrolles, qui voit sa réélection annulée. A Marignane et Orange, les maires restent en place mais s'éloignent du parti : Jacques Bompard, devenu membre du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, est réélu dès le premier tour en 2008. A Marignane, Daniel Simonpieri, candidat sous l'étiquette UMP, a en revanche perdu sa mairie.

"Le FN a échoué parce qu'il manquait de compétences", résume Nonna Mayer, chercheuse au Cevipof-Sciences Po. "Comme tous les partis d'extrême droite européens, le FN au pouvoir a du mal à prouver son efficacité tout en respectant son programme", estime de son coté Gilles Ivaldi.

En cas de victoire à Hénin-Beaumont dimanche, Steeve Briois et Marine Le Pen pourraient bien buter à nouveau sur ce dilemme.

LEMONDE.FR | 02.07.09 | 13h54 • Mis à jour le 02.07.09 | 16h27

Jean-Baptiste Chastand

Cliquer ici ; Pour en savoir plus


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Michelmi 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine