Magazine France

Hénin-Beaumont : Un sursaut citoyen ? à défaut d’une révolte socialiste…

Publié le 05 juillet 2009 par Marc Vasseur

null  J'ai écrit ce post dans la salle des fêtes de Hénin-Beaumont., le front républicain n'a pas perdu... c'est la seule chose à dire quand on ne veut tirer aucune conséquence de ce scrutin.

Dès 18h, la victoire de Duquenne semblait acquise, outre une participation en hausse, les premières tendances donnaient un revers frontiste en cette ancienne terre socialiste.

En républicain, on ne peut que se féliciter de ce petit sursaut démocratique à défaut de pouvoir en quelques heures éradiquer le désarroi citoyen d’une ville sinistrée pour cause de faillite morale de ses édiles.

Peut-on tirer un enseignement de ce résultat où au-delà de la présence surmédiatisée de Marine Lepen. On peut le penser car outre une implantation locale forte et réelle de sa tête de liste officielle, la dynamique du Front National de cette élection semble démontrer que celle-ci va au au-delà sa seule et historique influence délétère sur un scrutin.

Henin-Beaumont est une ville populaire où la misère sociale a fait son lit sur une crise économique qui n’a pas commencé à l’été 2007 mais à la fin des années 70. Le Parti Socialiste qui gère sans discontinuité ce territoire n’a jamais été en mesure d’apporter d’autre horizon que ses édiles costumés… les mêmes ou presque depuis près de 3 décennies.

Le vote frontiste, le vote socialiste sont dramatiquement similaires, celui d’un de salariés déclassés, cassés ou pour ceux encore en activité, l’inquiétude permanente est toujours présente pour les leurs. Distinguer un bureau de vote d’un autre relève de la gageure.

Si la gauche l’emporte ce soir, le Parti Socialiste ne peut se l’approprier ni hier, encore moins demain.

A la lecture du résultat final, la stratégie du front républicain montre aussi de réelles limites puisque qu’il apparaît clairement que d’une part, il n’est pas parvenu à faire le plein des reports et que d’autre part, le Front National parvient à gagner des électeurs. La hausse modeste de la participation montre que lui aussi est désormais capable de mobiliser une partie de l’électorat abstentionniste.

Ce signe, encore parcellaire du fait de cette situation particulière, a été entendu par Marine Lepen. Présent au siège du Front National, trois éléments m’ont particulièrement marqué : elle revendique la captation d’une partie non négligeable l’électorat traditionnellement de gauche sur font de crise sociale. A aucun moment, elle n’a parlé de l’immigration. Enfin, elle veut faire sienne la nécessaire remise en cause des pratiques politiques au-delà, du seul « tous pourris ».

L’analyse de Marine Lepen ne sera pas sans conséquence sur l’avenir du Front National, manifestement ce soir, elle a voulu préempter l’héritage politique de son père. Faire main basse sur l’appareil mais bien moins au niveau du discours.

Le laboratoire héninois peut faire apparaître un nouveau Front National en profitant de la lente déliquescence du PS à travers un discours tourné davantage vers l’électorat populaire. Celui-là même qui après avoir transité un temps vers Nicolas Sarkozy, peut demain se tourner, plus durablement et à nouveau vers le FN. En somme transformer le poste protestataire des années 90 en vote d’adhésion.

Et le Parti Socialiste ?… on le ménage comme on ménage les grands malades. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marc Vasseur 262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte