Magazine Environnement

Prix Sasakawa : des projets de pays émergents récompensés

Publié le 03 octobre 2007 par Marc Chartier

Jeunesse Park, d'Afrique du Sud, et l'ONG bangladeshi Shidhulai Swanirvar Sangstha, représentée par son directeur exécutif Abul Hasanat Mohammed Rezwan, sont les lauréats 2007 du Prix Sasakawa du Programme des Nations Unies pour l`Environnement (PNUE). D'une valeur de 200 000 dollars, ce prix est attribué chaque année à des personnes ou des institutions qui se sont distinguées par une contribution importante à la gestion de l'environnement, s'inscrivant dans la durée.

Jeunesse Park est la présidente de l'ONG Food and Trees for Africa (FTFA), qui s'occupe de promouvoir l'écologie et la sécurité alimentaire grâce à trois programmes : Trees for Homes, Eduplant et Urban Green Forum. Elle a mis en place le premier calculateur de CO² en Afrique du Sud et a lancé le Carbone Standard en 2006 pour faciliter la tâche au gouvernement, aux institutions et aux communautés qui cherchent à limiter leurs émissions de CO². Le calculateur évalue le CO² émis dans l'atmosphère suite à diverses activités consommatrices d'énergie. Il calcule aussi le nombre d'arbres requis pour absorber, par la photosynthèse, le CO² émis par une activité donnée.

Jeunesse Park a également joué un rôle important dans son pays pour la réintroduction des arbres en zone urbaine. Avec le soutien de plusieurs institutions internationales de protection de l'environnement, dont Green Trust, elle a collaboré avec les autorités et les communautés locales dans le Gauteng pour développer des parcs et des pépinières. Trees for Homes a pour slogan « une maison sans un arbre n'est pas un vrai foyer ».
L'ONG Shidhulai Swanivar Sangstha a été créée en 1998 pour aider les habitants pauvres et marginalisés de la région de Chalanbeel et pour combattre les effets des changements climatiques au Bangladesh, surtout les inondations et la montée des eaux. Shidhulai a atteint son but en mettant en place une flotte de 40 bateaux à fond plat, construits avec des matériaux locaux, qui remontent les rivières et les canaux peu profonds de Chalanbeel pour assurer des services éducatifs et fournir des sources d'énergie renouvelable à plus de 88 000 familles chaque année.

Le Bangladesh connaît des inondations deux ou trois fois par an. Dans les huit ou dix années à venir, si aucune solution radicale n'est trouvée et mise en application, 10% du territoire sera submergé à cause des changements climatiques. Face à une telle situation, des solutions locales immédiates sont indispensables. Shidhulai prouve qu'il est possible de faire face aux changements climatiques et à la pollution, tout en aidant les habitants à se sortir de leur pauvreté. L'ONG bangladeshi utilise le réseau riverain étendu du Bangladesh pour propager l'éducation environnementale. Ses bateaux ont été équipés pour se rendre d'une ferme à l'autre, apportant aux villageois des nouvelles technologies, stratégies et outils de communication.

Ces villageois ont appris et appliquent des mesures pour éviter des problèmes tels que l'érosion des sols, la pollution de l'eau et de la terre, la pêche intensive et la destruction de l'environnement. L'accès à cette information a entraîné pour eux une augmentation de leurs revenus, ce qui leur a permis de scolariser leurs enfants, d'obtenir de meilleurs soins médicaux et d'améliorer leurs conditions de vie. Les bateaux, qui amarrent dans des villages reculés, utilisent l'énergie solaire et les téléphones cellulaires pour se connecter à Internet. Avec l'aide de volontaires, Shidhulai éduque hommes, femmes et enfants sur des questions allant de l'agriculture à la micro-finance en passant par l'alphabétisation. Les agriculteurs s'informent sur les techniques de production durable et les dangers écologiques des pesticides. Avec l'aide des éducateurs, ils se connectent à Internet, pour suivre des conférences vidéo et vérifier les prix des produits agricoles, ce qui leur permet de rester compétitifs sur le marché local. Les élèves qui, dans d'autres circonstances, seraient incapables de se rendre à l'école pendant la saison des moussons, poursuivent leur éducation en utilisant les bibliothèques à bord des bateaux. Alors que l'analphabétisme au Bangladesh touche presque 60% de la population, Shidhulai joue un rôle notable dans l'éducation des jeunes, surtout des filles.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marc Chartier 397 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte