Magazine Beauté

Boulevard of Broken Dreams

Publié le 03 octobre 2007 par Véronique Bessard

L’autre jour en discutant avec une dame amoureuse des parfums Guerlain, j’ai eu le malheur de lui dire que les parfumeurs utilisent des synthétiques depuis le début du vingtième siècle, voir même avant puisque Fougère Royale de Houbigant qui contenait de la Coumarine date de 1884 . Elle s’est alors écriée affolée : « Oui mais pas Guerlain ! » J’ai hésité un moment et cette hésitation même lui a fait comprendre la vérité. La déception que j’ai alors lu sur son visage m’a fait sentir comme une horrible briseuse de rêve, pareille à ces gamins cruels qui révèlent aux plus petits dépités et tristes que le Père Noël n’existe pas. J’ai bien essayé de lui dire que les molécules alors utilisées étaient en quelques sortes des naturels puisque isolées dans ces derniers, elle n’arrêtait pas de dire « mais quelle horrible déception, mais quel choc, oh non ! Je ne peux pas y croire… ».
Puis, j’ai définitivement aggravé mon cas en disant que les synthétiques avaient permis la naissance de la parfumerie moderne et qu’il y avait parmi ceux-ci de très belles molécules sentant divinement bon. Cette fois son regard s’est durci et elle m’a lâché sur un ton froid : « Oui, si vous voulez. » : Ce qui voulait dire en réalité : Ma chère je crois que nous ne partageons pas les mêmes valeurs. Je me suis dit que j’avais raté une occasion de me taire… Les parfums ont besoin de mystère, si on lève trop le voile sur leur création finalement on tue un peu le rêve… Si rêve il y a encore ailleurs que chez les petits enfants et les vielles dames charmantes…

Bld054073


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Véronique Bessard 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines