Magazine Golf

La grenouille bovine

Publié le 03 octobre 2007 par Brigitte Contois
Toujours plus haut, toujours plus loin, le golfeur téméraire est prêt à tout pour augmenter ses prouesses et diminuer son handicap. Cours, compétition, coach, stage, tout y passe jusqu’au matériel. Il voit Tiger jouer du Nike, bing, on court acheter la même série se disant que si lui il y arrive alors on devrait nous aussi y parvenir au moins sur un des 18. Toutefois, le tigre peut rugir tranquille dans sa savane car même si Nike prône sur chaque cm enregistrable à la camera, ses clubs ne sont ceux que vous voyiez. Je n’invente rien, depuis la nuit des temps entre ce qui se voit et ce qui est, entre le sponsor et le matériel que le joueur veut utiliser, c’est la nuit et le jour que ce soit golf , tennis ou autre, la légende n’est pas urbaine. Pour Tiger, les professionnnels aus states l’affirment,  Nike affiché  en réalité mais série plus proche de Mizuno avec têtes modifiées selon le désir de l’Empereur. Pour faire simple, 300 heures pour faire la série de Woods, 2H30 pour celles que vous allez achetées 1 500 € made in china à la golferie du coin. Tout est dit.
Alors le golfeur va décider de se la faire modeler très pro, très perso, très tendance agressive compétitive glamour du moment auprès des clubfitters disponibles proches de son loft parisien. A titre officieux, un clubmaker travaillant en free-lance pour un ou 2 joueurs attitrés ayant suivi la formation du PCS (Professionnal Clubmakers Society) a fait le tour des enseignes et des indépendants parisiens et s’est enfui en courant de peur de « désapprendre ce qu’il savait ». D’ailleurs un clubmaker reconnu doit afficher sa formation et notamment sa certification PCS (seulement une dizaine en Europe), dont on peut la vérifier sur le site du PCS dans la rubrique find a PCS clubmaker. D’ailleurs, certains clubmakers peu scrupuleux affirment haut et fort qu’ils appartiennent à l’organisme mais ils n’en sont que MEMBRES. Pour illustrer, je paie ma cotisation pour être membre de l’ONG médecins sans frontières, du coup, appelez moi Docteur international ! Tout est dit.
Enfin, le golfeur pro, ayant plus de chance de rugir du côté de la savane que de la mare aux camard du golf de Cucugnan-les-oies, décide de se dôter de la lance du chevalier et de divers équipements pour monter sur le tour européen. Il va donc vers une enseigne très positive prônant l’exégèse du professionnalisme autour du club de golf. Résultat, un gentil pro, après avoir fait monter ses clubs sur une enseigne « positive » spécialisée à Marseille, a du abandonner la compétition après que 2 têtes de ses clubs se soient décrochées et décollées au fin fond de l’univers du fairways. En démontant les rescapés, le montage s’est révélé fastidieux avec même l’utilisation d’adhésif à moquette en place de celui plus professionnel et recommandé, alors qu’il n’y avait pas de ristournes de derrière le pastis. Tout est dit.
Que ce soit des corbeaux croassant fort sur leurs branches, des renards caressant dans le sens du poil, des grenouilles plus qu’ambitieuses et un fauve étant le roi des rois, La Fontaine rejoignant plus Lapalice, il suffit quelquefois plus de bons sens, de logique et de constat d’un vrai professionnalisme pour parvenir à la PARfection. Tout est dit.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Brigitte Contois 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines