Magazine Société

Des cigales à .... Lyon !

Publié le 26 juillet 2009 par Chezfab

cigales.jpgCes derniers temps, j'ai été amené à beaucoup me promener dans la région lyonnaise. Et l'avantage d'être à pied, c'est de pouvoir écouter les sons de la nature.

Et là, surprise. Ce que j'avais déjà remarqué depuis quatre ans semble se confirmer : les cigales sont arrivées à Lyon !

Ainsi en trouve-t-on au parc de la Tête d'or, sur les bords du Rhône, de la Saône, dans les parcs de Feyzin et sur la colline de Fourvière. La région est donc couverte de cet insecte typiquement du sud...

Ce fait démontre une fois de plus, s'il était besoin, que le dérèglement climatique est bien palpable à toute personne voulant le voir.

J'ai eu l'occasion de discuter avec un responsable des espaces verts du Parc d la Tête d'or. Il m'expliquait avec le plus grand sérieux que cela fait quelques temps que les cigales semblent monter vers Lyon. Pour lui, elle n'ont pas été amenées, mais sont bien montées du sud. Il avançait que comme les hivers sont de moins en moins froids, et les étés de plus en plus chauds, les larves de cigales survivent, et les adultes arrivent à se reproduire.

Certaines personnes pensent que cela n'est pas grave, voir même que cela fera une attraction de plus pour Lyon (avis d'un élu PS, sérieux en plus).

C'est méconnaitre une chose simple : toute biosphère modifiée entraîne une refonte totale de la vie dans la région concernée. Et c'est bien ce qui pend au nez de la région lyonnaise.

Doit on se souvenir que la région Rhône Alpes est une région agricole ? Que la modification de son biotope n'est pas une nouvelle annodine ?

Car les cigales ne sont qu'un des facteurs de la modification en cours. Les espèces endémiques, toujours selon le responsable des espaces verts, semblent disparaître au profit de nouvelles (plus proches de ce que nous sommes sensés retrouver dans la Drôme ou l'Ardèche).

Bien sur les fans de la Côte d'Azur vont sûrement être heureux de cela, mais il est plus vraisemblablement logique de s'inquiéter de cela. La responsabilité collective de l'impact sur le climat n'est plus à démontrer, tout comme l'immobilisme qui fait politique depuis des années.

Seulement, aujourd'hui, il va falloir prendre des décisions et vite. Nous allons devoir, collectivement, et politiquement, repenser nos modes de vie et de productions locales. Sera-t-il toujours logique de cultiver certaines choses si elles ne s'adaptent pas aux nouvelles conditions, par exemple.

L'arrivée des cigales à Lyon est révélateur de l'emballement face auquel nous sommes. Il n'est plus temps de chercher seulement à limiter les dégats, il est temps de s'adapter, et vite !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (2)

Par edelweiss
posté le 22 juin à 11:48
Signaler un abus

J ai toujours vécu dans les monts d or près de Lyon et depuis mon plus jeune age dans les années 50 ait toujours entendu des cigales par beau temps chaud l été chanter!Certes elles était moins nombreuses qu aujourd hui et l on peut les différencier a celles de Provence par un long "chant" continu et non pas saccadé comme celles du Midi de la France!

Par el sordido
posté le 24 août à 10:54
Signaler un abus

Adolescent, j'ai habité un temps la ville de Givors. J'atteste avoir entendu des cigales sur le "mont Saint Gérald" surplombant le centre ville durant de nombreux étés, il y a une vingtaine d'années. Elles ont donc progressé de 36 km vers le nord en 20 ans. Cela fait environs 5 ans que l'on peut en entendre le long du Rhône au niveau de la sortie d'autoroute A7 "Solaize" vers l'Institut Français du pétrole. Chose curieuse : je possède un jardin à environ 500 m maximum de ce lieu, je n'en ai pas entendu une seule de tout l'été. Leur aire de répartition semble donc être particulièrement endémique. A suivre

A propos de l’auteur


Chezfab 4794 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine