Magazine Informatique

Une Mygale dans mon verre de bière

Publié le 03 octobre 2007 par Olivier Roumieux

Logo de l'hébergeur Mygale.orgMercredi dernier, j'ai eu le privilège de participer au premier Wasp Café qui s'est déroulé à Urbi et Orbi, un bar pas très loin de la Bourse. La particularité de cette manifestation n'est pas de rassembler de jeunes blancs anglo-saxons et protestants (je ne corresponds plus qu'à un seul des critères précédents), mais plutôt d'inviter les développeurs/concepteurs/chefs de projets volontaires et « awares » à venir boire un verre autour des concepts des standards et dans une moindre mesure de l'accessibilité. Tout cela sous l'égide de la branche française du « Web standards project ».
Alors que je discutais avec l'un des organisateurs, Aurélien Lévy, et que nous évoquions justement la mode actuelle des rencontres entre acteurs du Web, je me suis pris un flash de dix ans dans la vue et me suis retrouvé au Sous-Bock Taverne pour une des premières rencontres de la jeune communauté Mygale.

Mygale fut l'un des premiers hébergeurs gratuits en France, arrivé sur le « marché » un peu par inadvertance en 1996. C'était en effet au départ un projet universitaire, mené par Frédéric Ciréra. Chacun avait droit à 5 Mo et on pouvait ouvrir son compte uniquement par cooptation au départ, pour mieux gérer la montée en charge, je suppose.

c'est quoi ton login ?

Assez rapidement, l'idée a émergé de susciter une rencontre physique entre mygaliens. Je m'y étais rendu avec ma copine de l'époque (qui est devenue depuis la mère de mes enfants, étonnant, non ?) pour représenter le site que nous animions : Le Poulpe sur la Toile. Nous étions dans nos petits souliers, au milieu de cette foule de primo-geeks qui semblaient tous se connaître. Première impression évidemment fausse (mais habituelle lorsque l'on déboule en retard dans une soirée et que l'on ne connaît personne), puisque la première question posée aux nouveaux arrivants était invariablement : « c'est quoi ton login ? ».
C'était l'époque du Manifeste pour un Web indépendant. Les premiers webmasters de « sites perso » pressentaient en effet qu'en coulisses les grandes manoeuvres avaient déjà commencé. Arno* venait de lancer Elysee.org, parodie hilarante et réussie qui s'ouvrait sur la célèbre phrase de notre ancien président « ça m'en touche une sans faire bouger l'autre ». Tout le design consistait en un détournement du graphisme officiel. L'exploit avait donc sa place dans les conversations de la soirée. Le Web 1.0 se vivait à fond et l'Ajax ne manquait pas trop pour susciter de belles rubriques contributives.
D'autres rencontres eurent lieu, au théâtre notamment. Quelques années après les premiers pic-nics du Well (Whole Earth 'Lectronic Link) en Californie, les pionniers français posaient les premiers jalons de ce que l'on appelle aujourd'hui les réseaux sociaux.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Roumieux 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte