Magazine Caricatures

Paris-Match : ça s'aggrave...

Publié le 04 octobre 2007 par Jacques Chirac

chiens_dangereux1Mes Chers Compatriotes,

J'ai relevé quelque chose d'intéressant dans la Presse : Paris Match condamné pour une "photo arrangée" (noooon ? ce serait leur genre ?). Une enseignante s'est reconnue sur une photo de Paris Match, où elle lit un livre dans un RER, entourée de banlieusards à capuches, avec la légende : "La passagère, pas rassurée, se plonge dans sa lecture, et n'en sort pas". Comme elle est 4° dan de judo, championne de tir instinctif au .45 à canon de dix pouces sur cible mobile et qu'elle fend son bois à mains nues, la doulce jeune fille n'est pas du genre impressionnable et n'a pas apprécié la manipulation. Elle a donc obtenu 5 000 euros du torchon de l'hebdomadaire susnommé.

Décidément, ça ne s'arrange pas chez Paris-Vache. Fut un temps, c'était un bon journal de salle d'attente, pour ne pas penser à l'affreux tortionnaire qui aller vous dépecer les gencives sans anesthésie et en vous disant finement "attention ça va chatouiller un peu" (fumier, va ! j'aurai ta peau). Maintenant, vous ne pouvez même plus plier le poisson dedans, ça lui donne un goût pas frais. Et puis, vu que l'encre déteint, je me demande si manger du maquereau avec la tête de Nicolas en décalcomanie ne relève pas un peu du pléonasme. Même remarque si vous l'utilisez aux cabinets pour vous essuyer le Sarkozy, mais là je vous fais grâce de la description.

Quoiqu'il en soit, la rédaction de P.V. a bien compris qu'il fallait sauver les meubles. Maintenant que nous souffrons d'une cruelle pénurie de Princesses qui défraient l'actualité avec leurs miches - au sud - ou avec des berlines allemandes - plus au nord, il faut bien arriver à interpeller les concierges gardiennes de résidences. Alors quand on ne peut plus faire sangloter sur le malheur des riches, il ne reste plus qu'à faire peur aux pauvres. Après un bref passage chez le Rottweiller et son orchestre, on repart chez le d'jeun's de banlieue (c'est moins dangereux à photographier de près).

Mais en fait, je m'interroge sur les motivations de cette brave fille… A-t-elle porté plainte parce qu'elle ne voulait pas cautionner l'exploitation de la trouille générale en passant pour une dégonflée, ou bien parce que Paris-Vache ne lui avait pas gommé ses bourrelets, à elle ?

Bien à vous,

Jacques

P.S. : Les montages tout neufs sont dans les albums 5 et 6.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jacques Chirac 106 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte