Magazine Bourse

Earl Jones… quelques faits

Publié le 29 juillet 2009 par Fabien Major @fabienmajor

jones

La mise en faillite officielle des compagnies d’Earl Jones et les recoupements des divers témoignages de ses clients, font ressortir certains éléments assez troublants.

  • L’employée la mieux payée de sa corporation était son épouse. Le couple se sortait jusqu’à 70 000$ par mois des comptes d’opérations de la société. Avions, hôtels, repas gastronomiques… la moyenne des dépenses oscillait entre 60 et 70 000$.
  • Il avait des procurations totales et complètes, sur les placements, les comptes bancaires. Parfois, ses dossiers contenaient des autorisations de refinancer à sa guise, les propriétés de ses clients.
  • L’ensemble des 60 comptes bancaires de ses clients ne contient plus que 30 000$.
  • Parmi ses clients détroussés, se trouvent des dames très âgées, qu’il se faisait un plaisir d’accompagner à la banque. Une de celles-ci Jean Rollinson, est âgée de 94 ans et elle est aveugle. Elle se rappelle qu’en 2007,  Jones a complètement vidé un de ses comptes qui contenait 72 000$.  Tout en s’excusant, il prétendait que c’était ses honoraires.
  • Plusieurs clients affirment que leur signature a été falsifiée pour endosser des chèques qui leurs étaient destinés.
  • Jones recrutait parfois ses clients sur leur lit de mort, à l’hôpital. Il parvenait à se faire nommer liquidateur testamentaire quelques fois la veille du décès de ses clients. Il se dépêchait alors à obtenir des jugements pour garder la famille à bonne distance.
  • Ce conseiller administratif sans aucun permis ou certification, s’est spécialisé dans la liquidation testamentaire et la gestion d’héritages. Son bureau principal était à côté d’une étude de notaire et d’un cabinet d’avocats… qui règlaient des successions…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabien Major 12992 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte