Magazine Coaching

Obama dos au mur

Par Christophefaurie

« Les quelques prochaines semaines pourraient déterminer le destin de la présidence de Barack Obama » (Crunch time) :

B.Obama a voulu gérer la nation et le monde sans se salir les mains, en se contentant d’orientations vagues et bien pensantes. Mais ça ne marche pas, tous les projets qu’il a lancés menacent d’être des désastres, qui n’améliorent rien mais enfoncent la nation dans le déficit. S’il n’entre pas dans la mêlée, s’il ne mouille pas le maillot, le pire est à craindre. « Il doit descendre de son nuage et se mettre à montrer la voie ». Voilà ce que dit The Economist.

Mais, il n’y a pas que du mauvais : s’il a entre les mains le sort du monde, c’est que les problèmes de ce dernier ne sont pas aussi insolubles que l’on aurait pu le penser.

  1. Ainsi, à mon grand soulagement, The Economist se redécouvre une veine démocratique et explique à M.Obama comment amener Républicains et Démocrates à s’accorder sur un système de santé qui à la fois assure tout le monde (objectif du président) sans ruiner le pays (un souci qui n’est pas que républicain).
  2. Plus surprenant, il semblerait que la question israélo-palestinienne ne soit pas désespérée. À quelques ajustements près, susceptibles d’être réglés par une négociation intelligente, les deux camps (ou 3, si l'on tient compte de la division Hamas /Fatah) sont d’accord sur des principes qui puissent fonder un arrangement durable. Ce dont ils ont besoin, c’est d’un catalyseur, d’un négociateur déterminé.

M.Obama n’a pas arrêté de nous parler du changement. Ça tombe bien, le monde est dans une situation favorable au changement, il ne lui faut qu’un « leader du changement » compétent, et M.Obama est dans une situation idéale pour occuper cette position.

Compléments :

  • Une remarque brillante sur ce qui fait croire que le Moyen-Orient est dans une impasse : « En ce moment, les politiciens des deux côtés se définissent par l’extrémisme de leurs opposants les plus déraisonnables ».
  • Ce que j’entends par leader du changement : Mesurer la capacité au changement d’une entreprise.
  • Ce blog est d’accord avec The Economist (pour une fois !) : Obama : charme éventé ? B.Obama doit enfin comprendre que s’il veut qu’un changement réussisse, il doit le contrôler (Contrôlez le changement !).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Obama et l’Afghanistan

    Ce week-end un expert américain commente les décisions d’Obama concernant la guerre en Afghanistan. L’expert pense qu’Obama fait une erreur grave : il met au... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    COACHING, FOCUS EMPLOI
  • Changement : apprendre avec Obama

    Depuis quelques semaines je commente des sources d’informations américaines, qui paraissent inquiètes quant à l’avenir des USA. J’étais curieux de savoir ce... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    COACHING, FOCUS EMPLOI
  • Obama divise

    Phénomène rare, Barak Obama semblerait faire la quasi unanimité des Républicains contre lui. Ce n’est pas courant qu’un tel rejet s’exprime aussi vite, et ce... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    COACHING, FOCUS EMPLOI
  • Obama – Dorian Gray

    Par touches, Counterpunch peint une bien étrange image d’Obama : celle d’un illusionniste. Dans cet épisode, il s’agit d’Irak. La politique de George Bush... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    COACHING, FOCUS EMPLOI
  • Barak Obama : révision

    A hundred days of hyperactivity me fait nuancer mon opinion sur Barak Obama. Les précédents billets laissaient entendre qu’il était hypocrite. Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    COACHING, FOCUS EMPLOI
  • Obama et l’art du discours

    Un billet d’un blog de The Economist. Il revient sur le voyage d’Obama en Europe. Il décrit la foule enthousiaste. Jusqu’à ce qu’Obama lui parle de ses projets... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    COACHING, FOCUS EMPLOI
  • Obama confirme

    Dans de précédentes notes, je disais qu’Obama semblait 1) trahir son camp en donnant l’impression de jouer son jeu 2) n’avoir pas su utiliser la crise pour... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    COACHING, FOCUS EMPLOI

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1016 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte