Magazine France

Pourquoi Philippe de Villiers choisit de s'allier à l'UMP...

Publié le 09 août 2009 par Pierreregnault

Philippe de Villiers tire les conséquences de son relatif échec aux présidentielles et aux européennes. Il vient de se rallier à l'UMP à quelques mois des régionales. Ce n'est pas une surprise, même si beaucoup s'étonnent de ce ralliement après tant de critiques de la politique de Sarkozy : rappellez-vous, par exemple, son jugement sur la future réforme des collectivités territoriales !


Lire la suite...

Pierre Regnault


Ces résultats électoraux, plutôt modestes, ajoutés au coup de boutoir donné par François Fillon qui a tenté de débaucher son bras droit, commençaient à le fragiliser.

Surtout, certains UMP vendéens se prenaient à rêver de pouvoir débaucher certains de ses supporters, à commencer par Bruno Retailleau (voir vidéo sur mon blog en date du 8 février 2009), pour le déstabiliser encore plus.

Par ce revirement, il négociera quelques sièges supllémentaires ici ou là - en Pays de la Loire en partciculier -, mais surtout il ferme la porte aux velléités d'une UMP locale qui n'a jamais su s'affirmer face à lui et qui fera, une fois de plus, les frais de ce rapprochement au plus haut niveau.

Cela illustre que, si son pouvoir départemental est loin d'être menacé, il est moins solide que par le passé puisqu'il doit composer avec Sarkozy pour imposer sa  loi aux droites vendéennes. 

Il revient dans le jeu politique national par la petite porte et peut donner le sentiment de compter encore au plan national. Tout comme la lettre de menace qu'il vient de recevoir peut lui donner aussi ce sentiment ainsi que l'exposent plusieurs médias avec un certain humour : "je suis menacé donc j'existe".

Pourtant il le sait, ce faisant, il ne se renforce pas. Sa ligne politique nationale en sera affaiblie. Il est critiqué à droite. Ceci permettra peut-être à Dupont Aignan de récupérer une partie de ses ouailles.

Ces manoeuvres ne sont qu'une étape. D'ici les régionales il y aura sans doute encore d'autres surprises....dans la composition des listes et même, peut-être, des têtes de listes à droite.

Cette réalité n'est pas nouvelle : la droite a toujours su faire taire ses différences et s'allier pour sauver ses positions ou en conquérir d'autres.

Puissions-nous, à gauche, savoir nous aussi en tirer les leçons et nous unir dès le premier tour de chaque élection par liste.

C'est comme cela que la gauche a gagné de nombreuses municipalités et la quasi totalité des régions.

C'est en faisant l'inverse, en se dispersant au premier tour de ces élections, qu'elle perdra des régions et des municipalités.

Le pire n'est jamais certain. faisons en sorte qu'il ne soit même pas probable !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierreregnault 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte