Magazine

La valise de maternité revisitée

Publié le 10 août 2009 par Chocoladdict

valise_maternit_

A S-5 de ma date supposée d'accouchement, je me suis dit qu'il était temps de me pencher sur la fameuse valise de maternité, celle qui attend au pied du lit ou dans l'entrée et que le futur papa saisira tranquillement ou fébrilement selon son caractère, quand pliée en deux pour les contractions, vous lui confirmerez que non vous n'êtes pas en train d'imiter sa vieille tante en proie à des coliques  mais qu'il est temps de filer à l'hôpital.

Je ne reviendrai pas en détail sur les indispensables que tu trouveras sur n'importe quel site consacré aux futures mamans. Ce qui m'a un peu surprise dans la liste fournie par ma maternité c'est :

- les boules Quies : est-ce pour ne pas entendre les cris de celles qui accouchent sans péridurale dans la salle d'à côté? je me souviens d'une femme qui hurlait "je vais mourir !!!" alors qu'heureusement j'avais fini le travail...est-ce pour tenter  de t'isoler du bruit quand la personne qui partage  ta chambre reçoit la visite de ses sept frères et soeurs, leurs conjoints et leurs enfants? ...est-ce pour ignorer les cris de la crevette posée dans son berceau à côté de ton lit selon le principe qu'il ne faudrait pas qu'il prenne de mauvaises habitudes dès le début ?

- des mouchoirs : je savais que l'hôpital public est aujourd'hui dans le rouge mais à ce point...remarque il y en a des raisons de pleurer après un accouchement...

- une paire de moufles en coton pour le bébé : ok ils sont en rupture de stock de mouchoirs mais ils ont plus les moyens non plus de chauffer un peu leurs locaux? ...à moins que le nouveau-né soit réputé pour naître avec des griffes d'ours qu'il ne manquera pas de planter dans ses joues ou dans celle de sa mère à la première occasion venue...

A part ça, je la trouve un peu aride la liste, j'ai eu un peu l'impression  qu'elle avait été conçue dans  un pays d' Europe de l'Est pendant la guerre froide alors je me suis permise quelques ajouts  :

- l'appareil photo : même si un nouveau-né a souvent le visage et les mimiques d'une vielle mémé, un petit cliché s'impose....n'insiste pas pour être sur la photo, tu pourrais le regretter...

- un pyjama de couleur foncé : évite la nuisette, c'est une erreur que j'ai commise pour le chérubin et voilà comment je me suis retrouvée immortalisée avec un pneu autour du ventre et des jambes monstrueuses posées sur le drap...si tu veux éviter des années d'analyse, mise sur le prune, le marron, le noir...inutile d'emporter une tenue avant grossesse en espérant l'enfiler pour le jour de la sortie, tu te feras du mal pour rien...

- un miroir de poche et de la poudre de soleil : tu as rarement la mine radieuse et reposée après une nuit blanche scandée par les contractions alors pour éviter les remarques à deux balles des copines et de la belle-soeur du style "ouh là là  tu as l'air fatiguée!", un petit coup de pinceau s'impose...au pire tu colmateras les brèches..

- si jamais pour x ou y raison, tu es clouée au lit, prévois le minimum vital pour ne pas sentir le fennec : un déo, des lingettes débarbouillantes, des pastilles pour l'haleine...personnellement je me suis traînée jusqu'à la douche plutôt que de passer un jour de plus avec les cheveux gras... je sais je suis une fille superficielle...

- ton péché mignon : un paquet d'oréos, une tablette de chocolat aux noix de pécan caramélisées, de la lemon-curd, etc...quelque chose qui t'apportera un peu de réconfort comparé à la fadeur des plateaux-repas servis à l'hôpital...vu comme ton corps a morflé, le régime peut bien attendre 3 jours de plus..

- un carnet et un crayon pour écrire de futurs billets (intoxiquée, moi?) et pour évacuer tout ce trop-plein d'émotions plutôt que de fondre en larmes dès qu'une puéricultrice passe la tête dans l'entrebâillement de la porte en te demandant si tout va bien...

- un savon intime super doux parce que c'est comme qui dirait un tantinet sensible, en dessous du nombril...je conseille Saugela au thym mais je n'ai aucune action chez eux

- un livre de poche si la contemplation de ta crevette finit par te lasser : évite tout de même L'enfant éternel de Philippe Forest ou D'autres vies que la mienne d'Emmanuel Carrière, quelque chose de léger et de gai sera mieux accepté par tes hormones (un petit Bill Bryson par exemple si tu n'as pas tout lu de lui comme moi) ...

Tu peux maintenant compléter la liste à ta guise, laisse-toi aller...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chocoladdict 138 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte