Magazine Photos

Poésie de La Réunion : Catherine BOUDET.

Par Ananda
Née en 1968 à Saint-Denis de La Réunion, Catherine BOUDET est Docteur en Sciences poiltiques et enseigne à l'Université de La Réunion. Elle est l'auteur d'une thèse de doctorat sur la diaspora mauricienne en Afrique du Sud ainsi que d'articles scientifiques sur  l'identité et la construction nationale à l'Ile Maurice. Elle a publié, chez L'Harmattan (Collection "Poètes des cinq continents" ), son premier recueil poétique,  "Résiliences".
Vous aurez un aperçu de son talent dans ce texte de prose poétique, que, personnellement, je trouve très beau.





UNE PETITE VIE DE MOTS.

Les mots, ils vivent leur petite vie de mots. Vous les avez déposés là, sur cette feuille de papier ou sur cet écran d'ordinateur, et aussitôt ils ont commencé à faire leur bout de chemin. Parfois, vous ne savez pas quelle vie de patachon ils peuvent mener, ni même dans quel pays ils sont partis, dans quels coeurs ils ont trouvé à faire escale. Les mots voyagent, ils prennent l'internet comme moi je prends l'avion. Un jour, vous croisez quelqu'un qui les a rencontrés, vos mots, qui a eu une conversation avec eux, ces mots marrons que vous croyiez sagement rangés entre les pages d'un bouquin ou d'un fichier pdf. C'est étonnant tout ce que vos mots peuvent raconter, à votre insu. Moi, les mots me bousculent. Ils me comblent, me débordent, me peuplent. Je n'ai aucun pouvoir sur eux. Parfois, ils se refusent obstinément à moi. D'autres fois, ils arrivent, ils s'installent, s'invitent presque. Ils éclosent brusquement et somptueusement, me laissant épuisée et éblouie de cette gésine inattendue. Mes mots dansent. Ils font de petits geysers de pensée et je me tiens dans leur éblouissement. Un jour il y a eu le gouffre. Les lumières et les voitures. Les mots ne disent jamais ce qu'il faudrait dire. Les mots ne peuvent pas dire le gouffre, le pont, ceux qui n'ont pas été là, ceux qui ont saccagé votre vie comme un rayon de supermarché. Mais les mots brillent comme de petites étoiles. Vous vomissez une nuit pleine d'étoiles, et dans cette vomissure vous commencez doucement à guérir.



Catherine BOUDET
in revue Point barre, N° 6

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ananda 2760 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines