Magazine France

GdeC a (encore) ses humeurs…

Publié le 10 août 2009 par Gédécé @lesechogaucho

000_bonne_humeur

Aujourd’hui, l’humeur est vexatoire

Si, si, inutile de le nier, je le vois bien que ça gêne, les spécimens (en voie de disparition ?) de gauche de combat, dans certains dîners mondains et autres réunions (faussement) consensuelles de gens de bonnes familles, y compris sur les blogs de certains, au travers de commentaires aussi désobligeants que sibyllins de merveilles naturelles mais anonymes qui croient, les benêt(e)s (un exemple ici >  « laetSgo » ) , que je ne les vois pas…

Je sais bien que ça fait tache, le discours solidaire des basses couches populaires, dans une certaine gauche frelatée, comme dans une certaine droite qui se voudrait moins dure et donc plus sociale, genre secours catholique condescendant plutôt que secours populaire tonitruant, beaux milieux dans lesquels se mélangent sans trop de remous les Ségolène, Dominique, François, Vincent, Manuel et les autres…  Sociale démocratie pourtant partout perdante.

Il est vrai que la stratégie de l’éléphant dans le magasin de porcelaine de ces messieurs dames qui ne dînent qu’avec du Limoges en s’essuyant délicatement les lèvres du coin d’une serviette brodée en l’utilisant si parcimonieusement qu’elle pourrait faire toute l’année, voilà qui peut prêter le flanc (droit) à l’exaspération, soit. Je le conçois aisément.

Mais il faudra bien qu’on m’explique un jour comment bousculer ce monde figé qui en a tant besoin, puisqu’ il continue de se faire ouvertement baiser par une classe dominante qui n’en a rien à fiche de la morale et des convenances, ou plutôt joue avec. Souvenez-vous, Madoff… bien propre sur lui, qui inspirait une telle confiance !

Faudra bien qu’on m’explique comment vous allez changer le monde en tortillant du cul et en minaudant avec nuance  tout en restant entre vous, alors qu’il s’agit à présent de taper carrément du poing sur la table, là où l’on est pas vraiment invités  ! … Ce pourquoi je respecte tant Dagrouik, qui, comme moi, nécessite qu’on dépasse les apparences… Et qui fait du bon boulot, malgré ses outrances. Même si nous n’avons pas les mêmes préférences politiques : total respect.

Mais puisque je ne suis pas le bienvenu dans certains blogs, je vais donc dorénavant m’efforcer de ne plus gêner la stratégie bien plus prodigieusement efficace de votre petite coterie… Au risque de perdre quelques dizaines de places dans le classement du wikio, pour ne pas avoir laissé de commentaires… déplacés auprès de blogueurs… trop bien placés pour être honnêtes.

Je saurai à présent, pour l’avoir appris à mes dépends, qu’il ne faut commenter que les billets avec lesquels on est d’accord, en ne se montrant surtout pas trop critique, en suivant scrupuleusement les mêmes rails afin de ne pas, Ô sacrilège suprême, froisser le taulier… qui se demande encore s’il faut virer certains commentateurs… ce que je n’ai jamais fait, sauf une fois, car celui-là violait la loi en tenant des propos ouvertement racistes et xénophobes.

Mais laissez moi vous dire une bonne chose, pour en terminer avec tout ça, et le dossier seras clos :

« Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience ». René CHAR, Feuillets d’Hypnos.

Haie Π C tout !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte