Magazine

Enseignement

Publié le 10 août 2009 par Jfa

Je suis en train de relire l’“Histoire de l’enseignement en France 1800-1967″ d’Antoine Prost (Armand Colin, 1968), que je n’avais pas repris depuis une bonne quinzaine d’année et, si les derniers chapitres sont datés, les contradictions et la complexité du développement du système éducatif en France au cours du XIX ème siècle est remarquablement bien documentée et passionnante.

L’auteur montre que dans la foulée de la révolution française, ce sont deux écoles qui sont  conçues, l’une  pour ceux qui travaillent, l’autre pour “celui qui vit du revenu de ses propriétés”. Pour les premiers une “éducation sommaire”, en primaire, et pour les autres, “plus de choses à apprendre pour remplir leur destination” en Collège. Il revient à Jules Ferry d’inventer, outre l’école publique gratuite et obligatoire, l’“école unique” et méritocratique

Il montre aussi un enseignement basé sur les devoirs et les leçons, sans cours magistraux hors les écoles centrales napoléoniennes, qui aboutit à ce que la journée d’un collégien, en 1876 se compose de 7h et demi en études surveillées et seulement 4 heures de cours, en une journée de 11h et demi de travail scolaire. La classe “c’est d’abord le moment et le lieu où l’on dicte les devoirs et où l’on rend les corrigés”.

La classe elle-même, qui pouvait se composer de 60 élèves, n’atteint 25 à 30 élèves que vers 1870. Elle n’est au début qu’un regroupement hétérogène, sans exigence d’âge ni de niveau.

Il montre aussi la lutte, tout au long du XIX ème siècle entre les traditionnalistes partisans exclusifs de la réthorique et les “modernes”, souhaitant voir entrer dans les programmes l’histoire, les mathématiques et les sciences dans des Collèges dont le couronnement est “le discours en français ou en latin”: “Placer de nobles paroles dans la bouche de grands personnages”, “les élèves n’ont pas à dire ce qu’ils pensent comme ils le pensent mais ce qui est convenable de dire en appliquant les règles de rhétorique”. Bref une fabrique de notables beaux-parleurs.

La naissance des “programmes” scolaires est intéressante: les examinateurs disposent, à partir de 1821, de 500 questions qu’ils tirent au sort dans une urne, pour chaque candidat. Ce qui amène, alors et déjà, un triomphe du bachotage, avec des officines et des préparateurs spécialisés.

Entre 1860 et 1874, la notation s’impose, en 5 points, remplaçant la boule blanche et la boule noire.

Bref, en lisant cet ouvrage stimulant et riche, on comprend mieux les difficultés actuelles, l’enseignement français ayant presque toujours été l’otage des démagogies politiques et les réformes ayant toujours été imposées d’en haut.

- “Stratégies”, Libération. “La monarchie ne distinguait pas vie privée et vie publique et les deux corps du roi, selon la formule de Kantorowicz, se complétaient pour assurer la pérennité du souverain”.

- “La chanson de l’auto-entrepreneur”. Seb Musset.

- Une remarquable tribune d’E. Plenel: “Ceux qui, pour l’heure, nous gouvernent le savent pertinemment. Et s’ils se sont bien gardés d’accompagner leurs aides faramineuses au secteur bancaire de la moindre disposition contraignante – après tout, la gamme est large, de la représentation de l’Etat dans les conseils d’administration jusqu’à la nationalisation de tout ou partie du crédit –, c’est simplement qu’ils servent les mêmes intérêts sociaux. Leurs cris d’orfraie d’aujourd’hui ne sont que larmes de crocodile: loin de pleurer leur propre imprévoyance, ils se contentent de dissimuler leur consentement à cette hypocrisie”. MédiaPart“Défendre les moins fortunés, les moins protégés, les moins armés, les plus exposés, les plus fragiles: il n’y a pas d’autre levier d’action pour la gauche politique. Pas d’autre boussole. Pas d’autre repère”.

- Fin de l’évasion fiscale vers la Suisse? Que les amis de notre Président se rassurent, cela ne concerne que les USA. Le Monde.

- Laïcité et tolérance, ailleurs. NouvelObs.

- Sommet de Copenhague (sur le réchauffement climatique): “Le risque à Copenhague est d’obtenir un accord ni efficace ni juste”. Le Monde.

- “Bonaparte, Sarkozy, et la démocratie”. Marianne.

- Eloge de la Nouvelle Orleans. Le Monde.

- Que faire quand on se fait piquer par une méduse (ce qui vient d’arriver à mon épouse). Le Monde.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jfa 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte