Magazine Humour

Saturday's night pearl*

Par Spicynico

Nous avons décidé de faire appel à SpicyNico, Perlologue émérite et professeur de Perlologie à l'université de Parisquatresorbonne, pour qu'il nous ouvre les portes de la compréhension de quelques oeuvres visuelles quelque peu déroutantes.
Aujourd'hui, il va décoder sous vos yeux la perle de Klymaxx Meeting in the ladies room. Il est nécessaire de suivre le minutage afin de ne rater aucun des points clé de ce clip qui a marqué profondément la conscience collective.

Début du clip : remarquez le décor.
10"
: pour la première fois, on fait appel à des étudiants d'un CAP coiffure dans un clip ; le résultat va influencer le contenu même de l'oeuvre.
25" : premier effet spécial de l'histoire de la musique ; d'autres encore plus impressionnants suivront.
32" : moment clé du clip, avec l'apparition de l'inventeur de la Tecktonic. A l'époque, ça se danse encore assis, mais c'est très en avance sur son temps.
53" : on comprends très vite que le danseur de tecktonic ne sert à rien. Et c'est ça qui est génial, cette débauche gratuite de génie, cette inutilité étalée au grand jour, ça n'avait jamais été fait.
1'02" : apparition de la perruque la plus laide de l'histoire de l'humanité, de type "guirlande de noël mais en boule".
1'16" : dans ce clip grand public, ils n'hésitent pas à avoir recours à du mobilier contemporain très cher.
1'30" : la coupe dont je parlais plus haut révèle ici ses faiblesses : on remarque aisément qu'avec un seul oeil c'est beaucoup plus difficile de marcher avec dignité - introduction d'un élément subversif, donc.
1'35" : apparition de la guest du clip, ce qui prouve bien que de lourds moyens financiers ont été mis en oeuvre : Régine (jeune) (c'est celle de droite, hein).
1'46" : la coupe de cheveux rend la mobilité de la chanteuse de plus en plus aléatoire.
1'55" : le retour du décor du début, formant une mise en abyme émouvante.
1'57" : on nous fait croire que la perruque, ce sont ses vrais cheveux. Ne nous y trompons pas, nous sommes devant une tentative de manipulation consumériste.
2'05" : terrible image que celle de ce danseur de tecktonic en train de perdre tout contrôle de ses muscles faciaux.
2'28" : apparition du premier danseur de tecktonic noir de l'histoire, et il danse debout : c'est révolutionnaire, deux minutes seulement après l'invention de la danse.
2'39" : recours à un effet spécial en accord avec la musique : lier l'image et le son de cette manière est un exploit pour l'époque.
3' : le danseur de tecktonic assis perd tout amour propre, et on ne comprend plus rien de ce qu'il veut nous dire. C'est là que le clip touche à son apogée, une sorte de sommet d'abstraction lyrique.

Comme ont le voit, ce clip est un chef d'oeuvre visionnaire.

* Ca veut dire : la perle du samedi soir. En fait, au départ ça s'appelait la perle du samedi. Mais j'ai voulu faire un jeu de mot alors j'ai dû déplacer l'heure de publication de cette note, afin que ce soit vraiment le soir et que tout corresponde à la perfection**.
** Pas facile d'être blogomachinaute et obsessionnel.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Spicynico 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte