Magazine Médias

Black Eyed Peas [The E.N.D.]

Publié le 11 août 2009 par Lulla

dnes_v2_musicbox_mini_ban

black_eyed_peas_the_end_cover

dnes_v2_poll_stars4

   The Energy Never Dies : Un titre d'album accrocheur qui tient toutes ses promesses ! Si l'on doit ne retenir qu'une chose de cet album, c'est qu'il fout une pêche d'enfer. Après avoir été abreuvé de bon et de moins bon Timbaland pendant plusieurs mois, les Black Eyed Peas sont de retour et en très grande forme. Alors que le précédent album, Monkey Business, était assez décevant, celui-ci relève le niveau. La force du groupe, c'est de proposer à chaque fois un univers cohérent rempli d'influences diverses. Avec The E.N.D., ils s'éloignent de leurs origines, le R'n'B, pour se tourner davantage vers l'électro, en témoigne leur collaboration avec David Guetta, qui a mixé une grande partie de l'album et à qui l'on doit quelques uns des titres les plus efficaces (mais je n'ai pas dis les plus réussis).

   Le premier single, Boom Boom Pow, illustre parfaitement la direction électro qu'a pris le groupe ainsi que cette idée d'énergie qui parcourt tout l'album, comme une ligne de (sur)vie. C'est sans doute un des titres les plus difficiles d'accès finalement puisqu'il s'apprivoise avec le temps, contrairement à beaucoup d'autres qui accrochent tout de suite mais qui lassent aussi vite. Et c'est là que Guetta intervient. On reconnaît tout à fait son style dans I Gotta Feelin', le deuxième single, et Missing You. D'ailleurs, il s'est contenté de reprendre le sample de Love Is Gone à l'infini, les membres du groupe ont ensuite brodé autour. Ces titres sont donc diablement efficaces, on ne peut plus dansants, mais leurs refrains deviennent rapidement insupportables, surtout sur Missing You avec la voix de Fergie qui n'a jamais été aussi irritante. Y'a pas à dire, David Guetta, c'est plus ce que c'était. On est loin du temps de Just A Little More Love ou Love Don't Let Me Go.

   Une des grandes récurrences de l'album, c'est le vocoder. Il est surrutilisé mais c'est aussi ce qui participe à la cohérence de l'album. Sa meilleure utilisation reste dans Rock That Body qui est excellente de bout en bout et qui fait un peu penser à du Daft Punk. Pourtant c'est du Guetta, si je m'abuse ! Alive est moins efficace mais là encore, le vocoder fait de jolis miracles. Pour les autres titres, il s'agit juste de petites touches ça-et-là qui passent bien. Plusieurs titres se distinguent par une ambiance générale légèrement différente, notamment Imma Be, que je n'aime pas beaucoup mais qui a le mérite de davantage ressembler à du BEP de l'époque Elephunk. Now Generation est très déroutante par son esprit rock, à la limite même de la country. Elle sied parfaitement à la voix de Fergie. Si un jour les BEP ne marchent plus, elle devrait songer à se reconvertir en chanteuse country. One Tribe est une espèce d'infamie. On est à mi-chemin entre la compagnie Créole pour la musique et les chansons démagos de Michael Jackson que l'on adore, genre Heal The World, pour les paroles. Rockin To The Beat est bien funky, bien sympa; Electric City est bien ragga, bien sympa aussi; et Mare est un gros mix electrobollywoodien indigeste qui termine malheureusement l'album sur une note négative.

   Parmi les titres que j'adore vraiment et dont je ne me suis pas encore lassé : Meet Me Halfway, avec son refrain chanté au fond du cave, qui joue la carte de l'émotion avec un certain succès; Little Simple Melody, qui est juste mon gros coup de coeur de l'album -il s'agit pourtant d'un bonus track- elle est super entraînante et met de bonne humeur au réveil -je ne sais pas pourquoi, je l'imagine très bien en générique d'une série TV-; Ring-A-Ling, un gros délire interminable qui m'amuse beaucoup; Showdown, qui met particulièrement bien en avant la complicité des membres du groupe et la fameuse énergie; et puis Party All The Time, qui est devenu mon hymne de l'été, qu'il serait un crime de ne pas sortir en single. "If we could party all night and sleep all day and throw all our problems away, Our lives would be easy". Le propos est complètement con mais ce que ça fait du bien d'entendre ça, c'est tellement vrai en fait ! 

   The E.N.D. est donc le parfait album pour nous accompagner pendant tout l'été et même à la rentrée pour se donner du courage. C'est souvent facile mais c'est tellement bien produit et si dansant qu'il est impossible de ne pas craquer sur au moins quatre ou cinq titres. Les Black Eyed Peas réussissent leur passage progressif vers l'électro et on espère juste que ce n'est pas la fin...

   Après mes nombreux déboires avec les lecteurs pour accompagner vos visites sur le blog, j'ai décidé de me rabattre sur une valeur sûre : Deezer. Seul souci, il n'y a pas toujours les chansons que je voudrais vous faire découvrir, en particulier ici Simple Little Melody. Dans le lecteur en haut de la colonne de droite, vous pouvez retrouver une playlist que je mettrai régulièrement à jour avec des titres extraits des albums que je critique. Pour The E.N.D., j'ai choisi Party All The Time, Rock That Body et Meet Me Halfway. Bonne écoute !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog