Magazine

L'Archevêque

Publié le 10 août 2009 par Achigan
L'Archevêque
Bienvenue dans mon antre, peuple bègue, je vous accueille en mon tableau noir d'où je ne sors jamais, mais d'où je tire toutes les ficelles. Je suis archevêque d'un monde sans pape. Grande Sainteté du Royaume de Longueuil, ou de la terre de L'Oeil Long.
Pour vous et pour le bénéfice de notre histoire, je saurai être transparent. Tout en douceur, je vous ferai ma petite confession. Car, vous avez beaucoup à apprendre sur le notre monde vil.
Tout d'abord, laissez-moi me présenter à vous. Je suis le grand méchant de l'histoire. Tout l'univers tremble sous ma poigne. Je suis le bourreau des vies salaces, des vies dépravées et dérivantes. Et quand je sévis, Longueuil frémit. Mais vous ne connaissez pas l'Oeil Long ?
Comme tout bon royaume, Longueuil a un Roi et une Reine. Notre bon Roi Ceasar est un pâle tyran, une marionnette amusante. Autrefois rempli de promesses et d'idéaux frivoles, notre César est désormais décati et faible.
Quant à la Reine, cette sauvageonne, Bloody Mary tel que le peuple l'appelle, c'est une amie et une complice. À tout le moins, c'est ce que je crois. Mais je suis trompé de toutes parts, abusé par les artifices de cette femme plus rusée encore que moi. Mais cela, je l'ignore encore, et je sais encore moins le tragique sort que me réserve le destin. Mais passons sur ces notes de présage et vivons tant qu'il est encore temps.
Le peuple de Longueuil est indiscipliné et vicieux. Il importe de le redresser. Mes sbires font des volées sur la ville et me ramènent les moins pieux. À ceux-ci j'offre mes traitements bénis. En cas de refus, je lave la souillure qu'ils font sur le pays en leur ouvrant le coeur qui est resté fermé à la parole de Dieu. En cela, la Reine m'apporte une aide précieuse. Souvent surprenante de cruauté, Mary n'exerce pas son pardon.
Quelle destinée pour cette jeune fille trouvée dans les bois des terres barbares. Pour une sauvageonne, devenir reine était impensable. Longtemps je me suis querellé avec le Roi contre ce mariage maudit, mais rien n'y a fait. Le pauvre était pris d'amour pour cette jeune fille blonde.
Pourtant si fragile et si muette dans les premières années, Marion la petite est devenue de plus en plus dure dans la pays de L'Oeil Long. De jour en jour, devenant plus dévote, plus pieuse, faisant respecter les doctrines de mon Église avec plus de fougue encore que mes prêtres zélés, elle est devenue l'ambassadrice de l'Oeil.
L'Archevêque
Quel naïf j'ai été ! Comment ai-je pu me laisser berner par la magie barbare de cette Marion. De sa descendance druidique, j'aurais dû me douter de ses stratagèmes, de son visage pervers dissimulé. Il n'y avait qu'à voir son fils !
Le Prince couvre de honte la famille royale chaque jour ! Il passe ses journées dans les bas-fonds du Royaume à fraterniser avec les rats, à copuler avec les prostituées. Il fuit le palais doré. Ingratitude. Dépravation. Et la reine qui n'enfante plus!
Et cette devineresse, Shirley Temple, qui marche le pays en criant ses damnations: ce bruit qui vient de par-delà les terres barbares ! Une légende bannie, mais qui se chuchote aux oreilles, qui vrombit jusqu'au Palais Royal. Cette histoire qui raconte la destruction de Longueuil, la tombée du Royaume par la peste qui descend sur la ville, par les rues et les avenues jusqu'à toutes les gorges.
Ça y est le Prince arrive, sur la Place Longueuil, dans la nuit. Il va se battre avec le Loup, puis ira chez la Cassandre, Shirley Temple, pour avoir ses baisers maudits.
C'est une lune noire ce soir sur la plaine. Un jour de sabbat de sorcière.
Bloody Mary va sortir dans la nuit et manger des coeurs. La fumée descend des usine jusque dans le fleuve qui bouillit.
IL DISPARAÎT DANS LE NOIR.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Achigan 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog