Magazine Hockey

Scott Gomez: Entrevue

Publié le 14 août 2009 par Chesc0

scott-gomez«Je m’étais toujours demandé comment c’était de se faire échanger. Ça se déroule plutôt vite. Lorsque j’étais joueur autonome (en 2007), j’avais deux destinations sur ma liste : Montréal et New York. Tout a fonctionné au bout du compte.»

«C’est un rêve devenu réalité. C’est tout un honneur. De plus, le chandail d’entraînement est teint d’un rouge authentique qui me va plutôt bien, lorsque je me regarde patiner (rires).

«Je voulais m’assurer de faire mes devoirs. J’ai parlé à Sheldon Souray, Jim Dowd, Turner Stevenson et Randy McKay (qui avait terminé sa carrière avec Canadien en 2002-2003). Ils ont tous dit que gagner ici ne se compare à nulle part ailleurs.»

«Bien-sûr, ils m’ont tous sit que je devais faire attention à certains pièges… comme la vie nocturne par exemple”.

«Les partisans sont passionnés ici. Tu les fais vibrer un soir et ils en veulent encore le lendemain».

«Les partisans adoreront Brian (Gionta). Personne ne travaille plus fort que lui. Sa taille lui a toujours attiré des détracteurs, mais il travaille extrêmement fort. Les partisans verront en lui un joueur qui donne tout ce qu’il a pour marquer.»

«Ma dernière saison (58 points fut décevante). C’était une de ces saisons où certaines blessures mineures ne guérissaient pas et elles m’empêchaient de patiner… mais c’est du passé. Je ne voudrais pas utiliser ça comme défaite.»

«Il a gagné partout où il est passé, de dire Gomez. Si un joueur travaille fort, il obtiendra du temps de glace. Le cas contraire, il n’en aura pas.»


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chesc0 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines