Magazine

un petit mot…

Publié le 05 octobre 2007 par Adelap @adelap10
Que se passe-t-il? Alors? Pourquoi? Pourquoi ce goût d'inachevé? et cette peur, alors? Tous ces actes manqués ?
Partir, avec cette idée, comment revenir? Revenir, mais pourquoi donc, puisque le but c'est de partir?
Certainement cette appréhension et si, et si ça marchait pas?!
Ah oui, c'est donc ça! Alors à quoi bon partir?!
C'est comme le sentiment que les choses se feront sans moi, que je ne serais plus actrice de ce qui se fera…
C'est comme de se dire, loin, partir, et je serais morte. Morte, vide, de toute substance, de toute essence.
Partir et finalement ne rien faire pour. Et si là-bas, tout devenait différent? Mais arrête, stop, c'est le but du voyage. Partir pour que tout change. Mais a-t-on vraiment, réellement, sincèrement, envie que tout change?
Parce que finalement, qu'est-ce qui va changer?
Le paysage, ouais, d'accord, et puis?
Le lieu de vie, Ok, ok, après la découverte du lieu, l'installation, la déco,
la disposition des 4 pauvres coussins, ouais, et après?
Le quotidien? Bon alors, imaginons que l'on ne prenne plus la voiture pour emmener les gosses à l'école,
avoir le temps et le bonheur d'aller ensuite flâner un petit peu au marché…
ok, et alors, ensuite? Qu'est-ce que je fais toute la journée, qu'est-ce que l'on fait? oui, tous les deux?
et oui, nous y voilà, nous sommes deux. Deux adultes et deux enfants. Il faut bien penser à travailler!! et oui, travailler! Parce que aller vivre à la mer, c'est bien joli, mais on y fait quoi là-bas? Je vais pas passer ma journée à ramasser des coquillages ou à photographier la marée!!! Il va bien falloir trouve un moyen de subsistance!! Bon alors, qu'est-ce qui se présente à nous? Admettons que monsieur arrive à ouvrir son salon de coiffure. Ouah!!! ça c'est la classe!! Alors oui, si par chance, on nous prête de l'argent, on trouve un lieu super, on arrive à ouvrir un petit espace, ok déjà là on a le projet qui a bien abouti. Bon génial et moi dans tout ça? Je fais quoi? Travailler en tant que graphiste indépendante? AH ! là ça se corse ! Ayant toujours été salariée, assistée… comment, mais comment vais-je pouvoir devenir commerçante?? Oui, oui, savoir se vendre, trouver des clients, les persuader que t'es la meilleure et les satisfaire ? Ah oui, là y'a un os!!
Seconde option, trouver du boulot! Bon alors là, autant abandonner, on a du mal à Paris, alors en province,
alors à la mer… C'est de l'ordre du mirage, du fantasme.
Bon alors, que reste-t-il comme option ? Ah oui, si monsieur n'arrive pas à ouvrir son propre salon?
Et bien là, ça veut dire deux personnes, deux adultes en recherche d'emploi… à la mer!!!!
avec faut-il le rappeler deux charmants enfants!!!
Bon, bon bon, que se passe-til? Et bien justement, voilà je sais maintenant, tout semble irréalisable,
on a cru que les barrières s'écarteront d'elles-même et que puisque l'on a des envies, des projets et bien Go, faut foncer!! oui mais voilà après ces quelques pages noircies dans une brasserie avenue de Flandre, le constat reste le même,
les choses n'ont pas avancé d'un iota.
J'ai peur. Oh et puis près tout, merde alors pourquoi pas?
On est jeune, on a deux splendides enfants, et c'est surtout à eux, qu'il va falloir penser.
Notre environnement, notre vie ne leur permettront pas d'être mieux, même si aujourd'hui ils ne montrent aucun signe de mal-être… on pense qu'ailleurs l'herbe est plus verte, c'est plus propre,
c'est plus sain, c'est plus grand, c'est plus simple…
OUI, oui, oui, mais moi dans tout ça, de quoi j'ai envie? Je trouve déjà que ma vie
n'est pas très R'n'Roll, funky, alors là-bas…? Peut-être que partir, c'est comme signer cet arrêt de mort,
cet arrêt de vie, comme si après ce ne sera jamais plus possible!!!
Quelle puérilité…
Bon allez, courage, fuyons!!!
Fuyons, en avant…
C'était juste pour mettre les idées au clair. Cela devient une confession…
je laisse là cet écrit inachevé, comme une bouteille à la mer… pour que la réflexion mûrisse,
peut-être sûrement aidée par ces nuits de questionnement, de réveils difficiles…
La preuve par l'image,
parce que l'image d'habitude parle pour moi…
EDIT DU LENDEMAIN
merci à toutes d'être venues témoigner, et moi je trouve que ce qu'il y a de plus fort c'est d'écouter ces chemins de vie…
Alors très sincèrement j'aimerais que ça ne finisse pas aujourd'hui, que toutes celles et ceux qui ont un témoignage une petite pierre à apporter à cette aventure, le fasse… pour nous toutes… parce qu'avant de gribouiller ces mots, j'ai cherché en autre sur le web de VRAIs récits de changement de cap… et c'est la jungle… alors peut-être qu'il y a d'autres gonzesses un peu perdue comme moi… et une lueur, un témoignage… nous aidera assurément

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Adelap 9047 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte