Magazine Conso

Vivre la mondialisation - suite

Publié le 08 octobre 2007 par Laurent Carré

Je pourrais aussi faire une rubrique sur les tribulations du "mondialiseur", mais pour l'instant je voudrais pouvoir donner une vision concrète de l'écheveau des chaines d'approvisionnement que nous mettons en place.

Je prends aujourd'hui le cas d'un produit de télécommunication à usage des opérateurs. La produit est développé par une société californienne dirigés par des indiens et dont le responsable technique est allemand. Jusque là tout va bien. Maintenant regardons comment ils font faire fabriquer leur produit:

  • L'assemblage et le test final sont faits au Mexique
  • Il est des pièces de provenance diverse, mais le gros vient de Chine (continentale et Taiwan)
  • Les composants de bases viennent de divers pays d'Asie et des USA

A la vue de cet écheveau, qui peut dire quel est la "nationalité" ou l'origine réelle du produit ?

Ceci illustre le degré d'interconnexion de nos économies et l'immense difficulté qu'une montée du protectionnisme engendrerait, mais cela montre également que ce serait en pratique très difficile à mettre en place. Je pense que c'est ce qui caractérise notre époque par rapport au 19ème ou au 20ème siècle. Quand les mécanismes protectionnistes se sont mis en place, ils ont sévèrement endommagé l'économie mondiale mais à cette époque il y avait encore une très forte localisation de la production! Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Il est devenu impossible de fabriquer une voiture ou un équipement de télécommunication sans pièces venant d'Asie, d'Amérique du Nord ou même d'Europe de l'Est.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Laurent Carré 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine