Magazine Politique

La police des polices critique le comportement des forces de l'ordre à Montreuil

Publié le 21 août 2009 par Gezale
Dominique Voynet avait hurlé sa colère lors de l'intervention très musclée des forces de l'ordre à Montreuil, commune dont elle est le maire. Au cours d'une manifestation on ne peut plus républicaine et paisible, un commissaire de police (muté depuis) avait intimé l'ordre à ses troupes de faire le ménage avec grenades lacrymogènes et flash-balls.
Au cours de l'opération, le petit-fils d'Armand Gatti avait perdu un œil suite à un tir de flash-ball. Une enquête a été ordonnée par le parquet avec saisine de l'IGPN (la police des polices). Les inspecteurs de cet organisme viennent de rendre leur rapport : Il est implacable.
Le commissaire de police a clairement abusé de la force pour disperser la manifestation et le tireur de flash-ball n'était pas en état de légitime défense. Pire même puisque les règles applicables en cas d'utilisation de cette arme n'ont pas été respectées. L'utilisateur de flash-ball ne doit pas viser le haut du corps et doit se tenir au moins à 7 mètres de la personne située dans la ligne de mire. L'objectif : maîtriser une personne dangereuse ce qui n'était absolument pas le cas à Montreuil. Des policiers doivent donc identifier le tireur qui devra répondre de son acte insensé devant la justice.
Le comportement des forces de l'ordre était apparu aberrant ce jour-là à Montreuil. Que la police des polices rende publique son enquête est un acte appréciable. Mais quoiqu'il arrive, le jeune Gatti demeurera borgne à jamais.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7336 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines