Magazine Santé

Dangerosite des vaccins : ne fermons plus les yeux !

Publié le 21 août 2009 par Asclepios

Jusqu'à il n'y a pas si longtemps, peut-être quelques mois, j'étais convaincue des bienfaits des vaccinations pour l'humanité. Aucun doute ne m'effleurait l'esprit. Ayant eu une formation scientifique, je pouvais même démontrer la grande efficacité de leur fonctionnement, et j'étais subjuguée par le génie de son inventeur : Pasteur. En réalité, je n'avais même jamais su qu'il existait une quelconque contestation des vaccinations. Faire ses vaccins était pour moi aussi évident que 2 et 2 font 4. Pourtant, je me trompais...

Madame Renault, qui m'avait ouvert les yeux sur les amalgames dentaires, m'avait faite une liste de l'hygiène de base à avoir : boire une eau ayant moins de 100 mg de minéraux (Mont Roucous, Montcalm, Rosée de la Reine, par exemple) pour ne pas fatiguer les reins. Et dans la liste qu'elle écrivait devant moi, elle note en très gros : FINI LES VACCINS. Évidemment, je conteste, j'assène les arguments que l'on m'avait appris depuis le plus jeune âge sur les vaccins. Je pensais qu'elle devait avoir raison sur beaucoup de points, mais pas sur celui-là.

Cependant, intérieurement, je commençais à me poser des questions. Tout ce qu'elle m'avait dit tournait dans ma tête car, pour la première fois de ma vie, quelqu'un me disait que les vaccins étaient néfastes. Le soir, j'en parlais avec mon mari pendant des heures. Lui-même n'avait pas plus de réponses, et le débat était très animé. Le doute était dans notre esprit, et il fallait absolument savoir si oui ou non les vaccins étaient bénéfiques pour lutter contre les maladies et les épidémies.

A chaque fois que je me suis posée des questions, et que je n'ai pas su y répondre, mon réflexe a a été de lire un maximum d'écrits relatifs au sujet. Un maximum, voire tous les écrits si cela était possible. Pour les vaccins, ce fut la même chose : j'ai dévalisé les librairies, pour trouver les réponses à mes questions.

Ce que j'en ai retiré, c'est que, chaque virus étant différent, les causes de l'inefficacité des vaccins sont multiples. Mais il reste une constante : l'Humain (les scientifiques en l'occurrence) est incapable de maîtriser cette technologie bien trop fine. Il est donc extrêmement dangereux de se faire vacciner. L'Humain (comme pour la technologie nucléaire, d'ailleurs) diffuse à grande échelle des produits sur lesquels pèsent des doutes bien trop lourds. Le principe de précaution aurait toute sa place en ce domaine, malgré que les "scientifiques Folamour" affirment que se faire vacciner est aussi anodin que de prendre un cachet d'aspirine.

Un homme atteint de MCS (Syndrome d'hypersensibilité chimique multiple) m'a rétorqué (très poliment par ailleurs) les "arguments classiques" : les vaccins ont éradiqué les épidémies ; les vaccins empêchent d'attraper les maladies, ou nous permettent de lutter très efficacement contre les virus ; sans les vaccins, nous serions tous en proie à la peste, la rage, la variole : les vaccins ont permis de sauver l'humanité de ces terribles fléau.

Voilà ce que j'ai à répondre :

1- Ce qui permet d'éradiquer le plus efficacement les maladies sont l'accès à l'eau potable (notamment pour la poliomyélite), et l'accès à une alimentation en quantité et en qualité suffisantes. Ce qui a permis de réduire les épidémies est principalement l'influence de la médecine hygiéniste qui, malheureusement, a été reléguée en arrière-plan par la médecine actuelle.

2- L'obligation vaccinale est une atteinte aux droits de l'Homme. Imposer à une personne (ou à son enfant), en parfaite santé, l'injection d'un produit qu'elle considère comme néfaste pour elle ou son enfant n'est pas digne d'un pays comme la France. C'est un raisonnement digne du roman de Georges Orwell, "1984".

Imaginez cette petite histoire :
Imaginez que tout le monde soit persuadé que l'injection de produits radioactifs soit indispensable pour protéger la société des maladies (cet exemple n'est pas anodin, puisqu'au début du 20ème siècle, il existait diverses pommades et rouges à lèvres radioactifs sensés rendre la peau plus belle). Imaginez alors que vous soyez persuadé que la radioactivité est dangereuse pour vous et vos enfants : tout le monde vous prends pour un fou, et l'Etat impose la "radioactivité obligatoire". Que feriez-vous à ce moment-là ? Et que feriez vous si, 30 ans plus tard, on vous annonçait qu'en effet, la radioactivité était dangereuse, qu'on s'était trompé, mais que les responsables de l'époque ne peuvent plus être mis en cause ?

3- Je ne peux pas expliquer dans un seul article tous les dysfonctionnements liés au marché des vaccins (on peut réellement parler de "marché", de "commerce de la vaccination"). Je vous conseille donc, de lire au moins cet essai. Il est très clair, sans parti pris (contrairement à ce que pourrait laisser entendre son titre), avec des explications scientifiques très accessibles à des non-médecins : "Vaccinations, je ne serai plus complice!", Dr Jean MERIC, éd. Marco Pietteur, disponible sur le site www.resurgence.be

Lecture contre-indiquée aux dépendants du discours politico-officiel !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Asclepios 14 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine