Magazine

vu du golfe

Publié le 21 août 2009 par Pjjp44
vu du golfe"A marée basse, on accède à Berder sans plus d'histoire; à la gouvernance des flots, il est nécessaire de prendre une plate ou d'appeler le passeur. Ainsi, ce qui est une ile et ne l'est pas, offre aux visiteurs une sorte d'Arcadie avec de l'aloès entre les rochers du littoral, et des bouganinvillées dans les déchiquetures de la côte.
"Nous allons mettre à la voile" me dit Paul. Plus prosaïquement, ce fut en canote à moteur qu'on quitta le rivage pour prendre par le milieu de la petite mer
Au passage Paul eut un mot pour le tumulus de Gavrinis le plus vaste et le mieux conservé qui soit au monde, avec gravée sur ses poutres de pierre, des serpents se mordant la queue et des soleils circonfériques. "Sans doute le peu qui nous soit parvenu de l'écriture des Atlantes." dit-il en regardant un cormoran s'éployer sur un récif.
L'embarcation, qui menaçait de verser, avançait en toussotant. Mon ami tomba la veste, revissa une casquette de pinassier sur son crâne et dit avec la plus haute ferveur: "Nous sommes ici au centre d'un monde clos-ou presque clos-, avec des lumières et des étincellements très exceptionnels. Qui connait la splendeur des fonds, quand la surface offre tant de merveilles? Ouvrez votre coeur autant que vos yeux, ici, tout n'est qu'une prière exaucée."
Il mit une main à la hauteur de la visière qui menaçait de s'envoler et parut reconnaître un héron cendré là-bas, dans les herbues. Il dit: "Dans moins d'une heure nous aborderons au séjour des princesses de la mer. C'est le nom qui fut, autrefois, donné aux îliennes. Princesses, sans doute, fées certainement..."
Nous arrivâmes à petits crachotements, non loin du débarcadère et nous nous rangeâmes près de la cale de manière à ne pas gêner la manoeuvre des vedettes avec leurs cargaisons d'estivants pas mal vacanciers.
La barcasse solidement arrimée à une borne du quai, nous primes l'escalier de granit et, à ma surprise nous entrâmes dans un commencement de futaie.
"Nous sommes ici au Bois d'Amour dit Paul. Si vous avez un voeu à faire, que ce soit celui d'y revenir bientôt avec celle qui aimera cet Eden et vous en aimera davantage."
Parmi les arbres, l'odeur du goémon l'emportait encore sur les senteurs de mousse et de résine. Dans les herbes et jusque dans les ronces, des incandescences se mouraient de plaisir, quand l'été se fortifiait de brasillements et de craquelures.
Nous empruntâmes un sentier bordé d'eucalyptus et, comme l'auberge refusait du monde, on nous mena sur une terrasse ou nous trouvâmes table à l'ombre d'un parasol. "Regardez, dit Paul, on se croirait à Corfou, dans les jardins d'Elisabeth d'Autriche."
Comme autour de nous, on parlait voitures, bateaux, plages, régates, Paul, tout en décortiquant un tourteau , embrassa la mer qui moutonnait vers Port-Navalo. C'était une large étendue ondulante, qui se renvoyait de brefs éclairs, comme autant d'appels.
"Elle est faite dit Paul. Elle prend bien ses aises. Elle doit quand même clapoter vertement sur les rochers. Ne pas oublier que si elle prend ses aises, elle ne paresse jamais. Toute intérieure qu'elle est, ici, elle se veut prélude au rude océan." .../..."
extrait de vu du golfe de Charles Le Quintrec texte publié dans "en Bretagne ici et là" -40 lieux, 40 auteurs-éditions Keltia Graphic -imprimeur-éditeur-

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pjjp44 391 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte