Magazine France

A propos des 11.000 suppressions de postes dans l'enseignement secondaire

Publié le 08 octobre 2007 par Jeune Prof De Droite

Si j'aborde cette question aujourd'hui, ce n'est pas pour m'insurger contre les suppressions de postes, ni non plus pour en faire l'apologie... D'un côté, dès lors que 25% des actifs appartiennent en France à la fonction publique, on ne peut nier qu'il y a un problème et qu'on ne peut plus continuer à recruter à tour de bras. Quant à savoir si dans l'Education Nationale spécifiquement, ces suppressions poseront ou non ça et là des difficultés dans l'organisation des établissements, c'est possible, mais je serais bien incapable d'en dire plus.

C'est une question de choix politique, qui ne veut pas dire, même si c'est sans doute ce que l'on pense à gauche, que la droite est en train de brader l'école. Aurais-je fait le même choix ? Sans doute en partie, même si, quitte à réformer l'école, à mes yeux il faut aller beaucoup plus loin : la première réforme qui s'impose (là je sens que je ne vais pas me faire que des amis) serait la création d'un concours de recrutement spécifique au collège, et d'un autre propre au lycée (voire d'un troisième pour le premier cycle universitaire et les classes préparatoires, mais là je me fais une seconde fois d'innombrables ennemis). En l'état, en effet, l'agrégation, si l'on n'a pas pour but d'enseigner en classes préparatoires ou à l'université, offre surtout l'avantage, par rapport au CAPES, de "travailler moins pour gagner plus", ce qui est assez absurde, quand on réfléchit qu'en pratique, certifiés et agrégés font la plupart du temps le même travail...(c'est un agrégé qui parle)

Je reviens aux suppressions de postes : si la logique de ces suppressions ne me choque pas, je voudrais cependant faire une remarque sur la méthode. Le gouvernement précédent s'était engagé à publier le nombre de postes au concours par discipline au mois de septembre de chaque année, et sauf erreur de ma part, c'est effectivement ce qui s'est passé en 2005 et 2006. C'était une excellente décision, très utile pour les candidats, particulièrement en période de restrictions de postes. A quoi bon, pour un candidat moyen, tenter pendant un an un concours qu'il sait n'avoir aucune chance de réussir si le nombre de postes est trop restreint ?

Connaître à l'avance, et le plus tôt possible (juin serait l'idéal), le nombre de postes définitifs pour l'année à venir éviterait sans doute à certains de perdre leur temps (même si sur le plan intellectuel, les années de concours sont généralement enrichissantes) et d'essuyer un échec inutile (et souvent destructeur). J'ajouterai même, pour le long terme, qu'il serait bon que l'on fasse enfin des plans de recrutement quinquennaux, afin que chaque étudiant, en entrant dans telle ou telle filière, sache à peu près ce qui l'attend. Malheureusement, le calendrier du politique coïncide rarement avec celui qui prendrait en compte les besoins réels des étudiants et futurs enseignants.

11000 suppressions de postes : le chiffre satisfait l'opinion, mais pour les candidats au concours, il ne signifie absolument rien de concret : d'une part parce qu'on ignore comment s'effectuera la répartition de ces suppressions entre les différentes disciplines, d'autre part parce qu'on ignore le nombre exact de départs en retraites et donc le résultat de la soustraction "nombre de départs en retraites moins 11000". Bref, on reste dans l'abstrait. En s'en tenant à ce chiffre, le gouvernement cherche peut-être (sans doute ?) à compliquer la tâche des syndicats, qui ne peuvent donner aucun exemple concret pour appuyer leur argumentation. Le problème, c'est que les victimes de tout cela, ce sont les étudiants. Les cours à l'université ont commencé, la période des inscriptions sera close dans deux semaines, et les candidats ne savent toujours pas quel sort les attend. C'est plus que regrettable.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jeune Prof De Droite 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte