Magazine

La dernière position

Publié le 22 août 2009 par Mtislav
  
La dernière positionLes Derniers Jours du Monde. On pourrait penser que le quotidien vespéral des marchés va cesser de publier : point, nous évoquons le dernier film des frères Larrieu. Ne mettons pas l'accent sur l'affiche, elle est grave. 
La semaine dernière, dans Urgences, un jeune étudiant étonnait le chirurgien Lucian Dubenko car il connaissait le sens de l'adjectif eschatologique. Les frères Larrieu évitent le problème en multipliant les flash-backs. Il sont finement agencés. On ne se perd pas dans le raout movie.
Mathieu Amalric se souvient. La plage de Biarritz était pleine à craquer. Désormais, quelques pèlerins en tenue anti-radiation oeuvrent entre la Chambre d'Amour et le Rocher de la Vierge. On se dit qu'on ne va jamais croire à quoique ce soit de cette histoire ; pourtant, on rit. Enfin un film catastrophe régionaliste. On attendait cela depuis longtemps. C'est du Wim Wenders avé l'accent, colorisé, empruntant aux fameuses séances Découvertes du Monde. Ca dure une éternité, c'est parfaitement fidèle au proverbe qui veut que ce soit long surtout à la fin.
La dernière positionC'est in-ven-tif. Tiens, voilà un clin d'oeil. A la peinture, c'est La Mort de Sardanapale. Au cinéma, Eyes Wide Shut. Au fait divers, la secte Guyana. Amalric est un action man. Robinson Laborde dans le film. Les frères font de lui ce qu'ils veulent, n'importe quoi. Boire. Du whisky, de la bière. Car que faire en attendant la fin du monde sinon picoler. Manger. Ecrire. Il a un bras artificiel, le droit. Donc, il écrit de la main gauche. Sur un livre de cuisine. Pour cause de fin du monde, il n'y a plus de papier. Il en restait suffisamment pour que le scénario regorge d'idées abracadabrantes.
Et puis il faut bouger. Non pour échapper à la catastrophe mais pour chopper la gonzesse. L'actrice est mannequin (Omahyra Mota), une perche brune qui défile. Elle est naturelle. D'où l'idée la montrer nue sur une plage de naturiste. C'est logique. Robinson est aussi très nu. On aime ça car l'homme généralement échappe à la nudité au cinéma. Mais avec Robinson, réfléchissez un peu, Robinson + idée = nada* fin des temps # début des temps moins vêtements, Robinson est nu.  Sergi López est nu aussi. Karin Viard elle aussi. Et les autres aussi. Ce qui n'est pas forcément la catastrophe dont il est question. Une cata embrouillée. Un désastre nucléaire ou chimique, des militaires qui perdent leur patience ici ou là. On veut bien, que le garçon de café tombe foudroyé. C'est peut-être alimentaire. Parfois, l'empoisonnement est avéré comme dans cette scène formidable où le petit personnel de l'hôtel reconnaît benoîtement avoir trafiqué le cocktail bleu servi à la clientèle. L'essentiel pour les frères Larrieu étant de se déclarer servis. A l'instar du Poney Express, le repas et la boisson doivent passer. Ils ont pris le goût du luxe ces canailles.
On en meurt parfois. La catastrophe ressemble aussi à un tremblement de terre. Là, on a du mal à suivre si l'on oublie le parti pris régionaliste. Dans le Sud-Ouest, en matière de cata, on a AZF à vous proposer, le séisme d'Arette, la corrida et les invasions touristiques. Le suicide aussi, une tradition paysanne. Les frères Larrieu travaillent ce matériau. Les références culturelles sont des scories dans un magma mi-cuit. C'est l'effet foie gras. Ou bien la référence est crue, c'est l'effet truffe, on en a déjà parlé, c'est le retour aux primitifs. Et là, bien sûr, Robinson finit par monter à Paris. Pour se balader nu dans les rues avec Elle (Souvenez-vous,  Bo Derek dans le film de Blake Edwards ; les Larrieu font le même film en ajoutant une partie de The Party. Lo-gi-que ). C'est le rêve du provincial sans doute. Ce qui est étrange, c'est qu'il y a encore plein de Parisiens. Habillés. On les reconnaît à ça sans doute.
J'en profite pour mettre en garde quelques blogueurs provinciaux. Je reprends la liste d'Annie Day (Dans ma bulle), merci de me signaler les erreurs ou oublis. Donc, amis provinciaux, ne traversez pas le terrain à poil.
Autre chose, Robinson téléphone à sa fille avec son I-phone depuis la province. Ces effets spéciaux là vous scotchent. Qu'est-ce que j'oublie ? La musique. Du Léo Ferré. Pour trouver la voie.
La liste des participant(e)s :
Annie
Audine
Balmeyer
b.mode
CC
Circé
Eric Citoyen
Falconette
FalconHill
Fiso
Gaël
Gaëlle
Gularu
Hypos
Jon
Mademoiselle Ciguë
Mancioday
Mathieu
MGP
Mohamed
Lui
Mrs Clooney
Monsieur Poireau
mtislav
Némo
Oh!91
Olivier P
Olympe
Patrice
Rosselin
Tonnegrande
Trub
Vertazt
Yann
Zoridae
    

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mtislav 79 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte