Magazine

Tout n'est pas perdu pour tout le monde !

Publié le 23 août 2009 par Perce-Neige
Tout n'est pas perdu pour tout le monde !«Vois-tu, Juliette… Il n’y a pas trente six façons d’aborder le monde. Il n’y en a guère que deux, pas une de plus… » lui dit-il, sans que le regard de la fille, un seul instant, ne se détourne du sien. « Ou bien, comme tant d’autres contemplatifs, tu restes avachie sur le rivage en attendant, benoîtement, que la vague te submerge, ou, dans une autre version, te précipite avec une force du tonnerre de dieu sur des rochers dont personne ne pouvait soupçonner l’existence, l’instant d’avant, et alors, pauvre de toi, te voilà brusquement fracassée, pulvérisée, anéantie, dispersée aux quatre coins de l’univers ou dans les ténèbres des profondeurs, qui sait ? Ou bien, tu considères la formidable puissance de l’océan comme une chance ! Et, alors, à toi l’adrénaline, Juliette ! A toi l’envers du décor ! A toi, l’ivresse des bourrasques, l’envie d’en finir avec les bavardages des fâcheux, le sifflement du vent dans tes oreilles comme une symphonie ! A toi, le délicieux bonheur de goûter l’éternité de l’instant ! Le terrible désir de caresser les étoiles, de filer la toile des apparences, de rire de tout, juste pour le plaisir de déjouer les complots qui se trament dans ton dos… Hé, hé, hé… Oui, Juliette, aujourd’hui, tu ignores jusqu’à la chaleur du soleil, crois-moi. Tu ne connais rien aux couleurs de l’arc en ciel, c’est moi qui te le dis… En revanche, la vérité, la voici… La vérité c’est qu’il te suffira d’attraper une planche de surf et de courir avec, sur la plage, pour considérer le monde un peu différemment » fit-il en l’observant du coin de l’œil tandis qu’elle s’extirpait péniblement de son pull, et qu’elle cherchait, laborieusement, à s’extraire d’un soutien gorge, ciselé de dentelle, et dont elle parvenait enfin à se débarrasser, libérant, alors, une poitrine terriblement séduisante, en vérité, car de forme étrangement conique, dont il n’avait fait qu’entrevoir la silhouette, la veille au soir, près des sanitaires, quand il s’était retrouvé à deux pas du secteur des filles et juste en enfilade de la sortie de douches. « D’autant qu’avec tous ces dérèglements climatiques, Juliette, El Nino et compagnie, crois moi, on va maintenant se ré-ga-ler ! Sais-tu que les courants du Pacifique se déchaînent chaque année davantage ? Avec des tourbillons ascensionnels qui percutent en pleine poire les masses nuageuses qui s’aventurent au dessus du golfe du bengale. Hé, hé… » fit-il encore tandis que les seins étrangement coniques de Juliette s’approchaient de lui à la vitesse de l’éclair. Il ne croyait pas si bien dire !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Perce-Neige 102 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog