Magazine Politique

Le Temps …. de faire le point

Publié le 09 octobre 2007 par Kalvin Whiteoak
Sur ce blog on aime bien le Temps, quotidien de qualité qui détonne dans le paysage romand terne et parfois d'un niveau bien racoleur des médias quotidiens écrits. On le cite d'ailleurs souvent comme source de base d'une information ou pour la justesse de ses prises de position.   Comme certains de nos lecteurs se sont émus du fait que le rédacteur de ce blog en ait retiré apparemment sans raison deux billets économiques de fond dans lesquels il critiquait le contenu ou plutôt les lacunes et les aspects par trop simplificateurs de deux articles du Temps parus il y a deux mois environ (11 août 2007) et la semaine passée, il lui a semblé utile de décrire un peu ce qui s'est passé à l'adresse de ses lecteurs habituels et pourquoi ces billets s'étaient volatilisés.   Le rédacteur des lignes critiquées au Temps a piqué la mouche et menacé l'auteur de ce blog d'on ne sait trop quelle poursuite pour diffamation et autres atteintes à l'honneur, le tout sur un ton qui était clair, vif déterminé et "enjoué" mais avec un fond qui en disait long une nouvelle fois sur le manque de connaissances notamment juridiques de l'intéressé. Visiblement ledit rédacteur a un peu trop vite grimpé sur un cheval de bataille pour justifier des lacunes manifestes, alors que les billets critiques ne concernaient en rien la personne elle-même mais les idées ou plutôt le manque d'idées et d'esprit critique de cette dernière. De son propre chef l'auteur de ce blog a retiré les billets incriminés par souci d'humanité, puisque visiblement ils avaient déclenché une souffrance personnelle insupportable pour la personne visée. C'est la raison pour laquelle on ne trouve plus ces billets disponibles à la lecture, sinon par traces encore visibles sur certains moteurs de recherche, traces qui vont disparaître rapidement car leurs liens débouchent sur une page d'erreur 404 (article plus ou pas disponible).   La deuxième raison pour laquelle ces billets ont été retirés est que la rédaction entière du quotidien s'est retrouvée semble-t-il en état d'émeute permanente depuis quelques jours, chacun pensant que Kalvin Whiteoak était le nom de plume de son collègue de rédaction dans la pièce d'à côté….parano quand tu nous tiens.     On vous confirme ici, comme on l'a fait dans une discussion personnelle sympathique avec le rédacteur en chef du Temps que le propriétaire et rédacteur de ce blog ne travaille pas au Temps, n'y a jamais travaillé, n'est pas journaliste professionnel et n'a ni amis ni ennemis au sein de ladite rédaction. Kalvin Whiteoak est un nom de plume, c'est tout.  Voilà pour la parano.   Sur le fond maintenant, le retrait de billets de fond critiques d'un blog sous de simples pressions d'un journaliste courroucé et vexé est-il assimilable à de l'autocensure ou à un manque de courage de la part du blogueur ? Peut-être, mais il faut aussi convenir que des motifs humanitaires et d'apaisement dans notre société par trop imprégnée d'égoïsme et de lutte pour des positions dominantes peuvent justifier le choix qui a été fait. On ne pensait pas que deux articles parus à six semaines d'intervalle pouvaient déclencher pareille tempête dans une rédaction, et ceci d'autant plus que le premier article qui est daté du 11 août 2007 n'avait soulevé aucune critique et avait même été repris sans autre par AgoraVox dans son intégralité, ce qui ne veut pas dire qu'il était excellent, mais que du point rédactionnel du moins, il était tout à fait acceptable. On rappelle qu'AgoraVox dispose d'une rédaction en chef qui trie et choisit les articles publiés sur des bases identiques à celles que les médias écrits utilisent pour juger de l'opportunité ou non de la publication de tel ou tel article.   Enfin, une dernière remarque: ce blog est ouvert aux commentaires sans aucune modération préalable et postérieure, sous réserve du spam. Pourquoi diable le rédacteur courroucé n'a-t-il pas pris la peine d'y faire connaître son courroux, et surtout les bonnes ou mauvaises raisons de ce courroux. Peut-être aurait-il pu aussi expliquer sa position. Le journaliste de presse écrite ne détient pas la vérité révélée, pas plus que le blogueur, mais justement le blog est un moyen d'expression participatif, ce qui est nettement moins le cas d'un quotidien papier. Ce n'est pas en se cachant et en ne disant rien qu'on se grandit et surtout qu'on peut être compris.
Articles relatifs

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kalvin Whiteoak 365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines