Magazine

Un effet secondaire du délire climatique : le retour en grâce de l'eugénisme !

Publié le 24 août 2009 par Objectifliberte

Tempête Depuis qu'un peintre austro-allemand raté (les mauvaise langues disent qu'il était un bon à rien...) a tenté de leur donner une dimension concrète et planétaire, les thèses eugénistes, pourtant très en vogue dans les milieux intellectuels occidentaux au début du XXème siècle, avaient quelque peu disparu de l'avant scène médiatique, tant elles exhalaient de relents historiquement nauséabonds.

Retour en grâce de l'eugénisme ?
Mais "grâce" à la lutte contre l'effroyable (selon Saint-Michel Rocard, le nouvel archange de l'apocalypse) réchauffement climatique qui nous menace, ces idées encore il y a peu totalement discréditées redeviennent délicieusement tendance. Certes, il ne s'agit plus, officiellement, de "sélectionner les meilleurs patrimoines génétiques" pour améliorer la race humaine, mais simplement de "limiter la population mondiale" pour empêcher une catastrophe environnementale majeure, parce que chaque enfant né, surtout s'il est occidental, va générer un "besoin d'émissions carbonées" très important durant sa vie, ce qui "transformera la planète en poële à frire" (selon le mahatma Michel Rocard, je me prosterne devant tant de prescience). Mais cela n'interdirait pas de sélectionner les vainqueurs, pas vrai ? 
Vous me direz que j'exagère, que l'existence d'illuminés qui réussissent à intéresser autant de monde que les libéraux dans un diner débat en France, ne prouve pas que ces thèses rencontrent une audience digne d'être prise en considération. Certes, un Michel Tarrier, l'auteur du très sérieux "Faire des enfants tue", ou encore le docteur texan Eric "doom" Pianka, qui suggère doctement à ses étudiants que  répandre le virus ébola sur la planète pour éliminer 90% des humains serait une bonne action, ne paraissent guère en mesure de susciter autre chose que des haussements d'épaules.

De l'empreinte carbonique des enfants

Seulement voilà que le New Tork Times, quotidien très lu à défaut d'être irréprochable, se fend le 7 Août dernier d'un articulet sobrement intitulé : "Having Children Brings High Carbon Impact", où il est écrit, vous ne rêvez pas, que:

Having children is the surest way to send your carbon footprint soaring, according to a new study from statisticians at Oregon State University.

The study found that having a child has an impact that far outweighs that of other energy-saving behaviors.

Take, for example, a hypothetical American woman who switches to a more fuel-efficient car, drives less, recycles, installs more efficient light bulbs, and replaces her refrigerator and windows with energy-saving models. If she had two children, the researchers found, her carbon legacy would eventually rise to nearly 40 times what she had saved by those actions.

“Clearly, the potential savings from reduced reproduction are huge compared to the savings that can be achieved by changes in lifestyle,” the report states.

The impact of children varies dramatically depending on geography: An American woman who has a baby will generate nearly seven times the carbon footprint of that of a Chinese woman who has a child, the study found.

(...)

Bien entendu, le NY Times n'en déduit pas explicitement qu'il faudrait que la femme américaine, cette salope dont les enfants dégageront 7 fois plus de carbone que l'enfant chinois, aux taux actuel, cesse de se reproduire immédiatement. Mais tout de même, l'idée est clairement suggérée: plus les femmes des pays riches (ou potentiellement riches...) se reproduisent, plus la planète est en danger, quand bien même nous nous tansformerions tous en parfaits éco-citoyens. Les enfants, voilà l'ennemi de Gaïaaaah ! Libère Gaïaaah de l'empreinte carbonique du fruit de tes entrailles, sale bourgeois occidental répugnant.

Imaginons qu'une telle idée réussisse à faire solidement souche dans le cerveau des masses d'électeurs anesthésiés, saoûlés et lobotomisés par la propagande réchauffiste, et alors des concepts tels que le contrôle autoritaire des naissances (vous savez, le "modèle chinois" !), ou pire, pourraient faire l'objet de transcriptions législatives politiquement acceptables. Et si possible, au niveau mondial. Nous vivons vraiment une époque formidable.

Les gourous de l'eugénisme carbonique

Les eugénistes ont leurs figures de proue, qui sont loin d'être inoffensives, comme les ineffables Tarrier ou Pianka sus-nommés. Ted Turner, le fondateur milliardaire de CNN, est l'un d'entre eux. Il a créé, à l'aide d'un don d'un milliard de dollars à l'ONU, la fondation des nations unies, chargée de diverses actions d'aide au tiers monde, fondation qui utilise le label des nations unies mais sans lui rendre de comptes !

A quoi sert cet argent ? Certes, la fondation mène de nombreuses actions positives dans le domaine de l'aide médicale et des vaccinations dans les pays pauvres, et en cela, la Fondation de M. Turner ne peut qu'être saluée. Mais on peut toutefois se demander si ce sont là les seuls buts de cette fondation, sachant que Ted Turner a professé à plusieurs reprises que selon lui, la population de la planète était trop élevée (il a même estimé la population mondiale idéale à... 250 millions de personnes !) et qu'il fallait mettre en place un contrôle des naissances strictes. Le site de la fondation des nations unies se fait d'ailleurs régulièrement le relais d'articles de presse dénonçant les conséquences d'un risque de surpopulation (un exemple).

La thèse de "l'empreinte carbonique" liée à chaque naissance offre évidemment au magnat de l'audiovisuel un prétexte en or pour remettre au goût du jour ses idées néo-malthusiennes, pour rester poli. Lors d'une autre interview en 2008, il déclarait :

"We're too many people; that's why we have global warming," he said. "Too many people are using too much stuff."

Ajoutons que Turner est lui même père de 5 enfants, et qu'il n'habite pas lui même dans une hutte d'inuit, il possède d'ailleurs une foule de ranches (écologiques, bien sûr...) aux USA, qui font de lui le premier détenteur privé de terres du pays. Bref, ce sont surtout "les autres" qui "utilisent trop de choses". Amis hypocrites, vous avez trouvé votre roi ! 

Permettre à une fondation opérant sous le label et avec l'autorité des nations unies, avec une sorte de privilège d'extraterritorialité, d'être parrainée par un individu avec de tels moyens et de telles idées laisse songeur.

L'influence des néo-eugénistes est elle limitée à la sphère télévisuelle privée ? Hélas...

A la découverte de John Holdren, conseiller scientifique de Barack Obama

Barack Obama a nommé comme principal conseiller scientifique auprès de son administration un énergumène plus que douteux, un certain John Holdren. John Holdren professait avec son ami Paul Ehrlich (celui qui fut ridiculisé par J.L.Simon), dans les années 70, que les ressources planétaires seraient insuffisantes pour faire vivre les populations mondiales, et que l'humanité souffrirait de terribles famines à la fin du siècle. Naturellement, toutes les prévisions apocalyptiques de Holdren ont été démenties par les faits.
Holdren, dans un livre écrit avec Ehrlich en 1977, recommandait les politiques suivantes pour faire face à la crise démographique qu'il annonçait :

  • Women could be forced to abort their pregnancies, whether they wanted to or not;
  • The population at large could be sterilized by infertility drugs intentionally put into the nation's drinking water or in food;
  • Single mothers and teen mothers should have their babies seized from them against their will and given away to other couples to raise;
  • People who "contribute to social deterioration" (i.e. undesirables) "can be required by law to exercise reproductive responsibility" -- in other words, be compelled to have abortions or be sterilized.
  • A transnational "Planetary Regime" should assume control of the global economy and also dictate the most intimate details of Americans' lives -- using an armed international police force.


Défense de vomir sur votre tapis de souris : avortements forcés, stérilisations de masse par empoisonnement, enfants retirés de force à leurs mères, stérilisation des "indésirables" contribuant à la "détérioration sociale", dictature planétaire dictant les moindres détails de la vie des américains (du monde ?)...  Ne manquent que les chambres à gaz dans la liste ! Vous ne le trouvez pas charmant, vous, le conseiller scientifique du président de la première puissance mondiale ? 

Holdren a récemment fait savoir par des tiers (mais pas en personne) que cet écrit d'il y a trente ans n'était plus représentatif de sa pensée actuelle, mais sans toutefois le désavouer publiquement non plus... Questionné sur ces écrits de jeunesse par le sénat, ses réponses se sont montrées pour le moins ampoulées (voir transcriptions ici). Un extrait:

Senator David Vitter: In 1973, you encouraged "a decline in fertility well below replacement" in the United States because "280 million in 2040 is likely to be too many." What would your number for the right population in the US be today?

NdVB. Vous noterez que la population en 2009 des USA est de 305 millions d'âmes environ, et que visiblement cela ne pose guère de problème. Un vrai visionnaire, ce Holdren...

John Holdren: I no longer think it's productive, Senator, to focus on the optimum population of the United States. I don't think any of us know what the right answer is. When I wrote those lines in 1973, uh, I was preoccupied with the fact that many problems the United States faced appeared to be being made more difficult by the greater population growth that then prevailed. I think everyone who studies these matters understands that population growth brings some benefits and some liabilities; it's a tough question to determine which will prevail in a given time period.

Il a juste reconnu que "Ce n'est plus productif". C'est tout. Comme désaveu, c'est un peu court. En fait, il semble qu'il aille aussi loin que possible dans le "non-reniement" de ses idées, mais qu'il tempère ses excès passés juste ce qu'il faut pour ne pas faire l'objet d'une procédure d'opposition à sa nomination par le congrès.

Holdren continue de prédire des famines climatiques d'ici 2020. Sur ce, il n'a pas tout à fait tort: les politiques de promotion des biocarburants au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, en retirant d'importantes surfaces aux cultures vivrières, ont provoqué des révoltes  alimentaires au premier semestre 2008 dans les pays en développement... 

Ajoutons qu'Holdren traite les sceptiques du réchauffement anthropogénique de négationnistes et appelle à des "mesures offensives" pour punir les "bastards" qui polluent le débat climatique avec de mauvaises idées. Quel grand démocrate, pour sûr !

Savoir qu'un tel personnage, aux idées particulièrement répugnantes, liberticides et homicides, est le conseiller en chef du président de la première puissance mondiale ne laisse rien augurer de bon pour la suite des événements sur le front des politiques climatiques, et des autres... On se demande bien pourquoi Barack Obama appointe comme « science czar » quelqu'un qui s'est trompé sur toute la ligne toute sa vie et qui a écrit par le passé de telles énormités. Les scientifiques de qualité ne manquent pas outre Atlantique, pourquoi fallait-il choisir celui là ? Je ne puis m'empêcher d'être troublé.

Danger grave à l'horizon ?

Pas d'amalgame toutefois : tous les réchauffistes ne veulent pas exterminer une partie de l'humanité. Simplement, la thèse réchauffiste donne une opportunité en or à des personnes dont nous voudrions voir les idées pourrir dans les poubelles intellectuelles de l'histoire de retrouver une nouvelle légitimité, et de conquérir des positions politiques susceptibles de leur permettre de peser sur le cours des événements. Et cela seul est déjà en soi fort inquiétant.
Avec de tels atouts dans leurs manches, qui osera dire que les partisans des thèses néo-eugénistes ne représentent aucun danger pour l'avenir ? Après tout, qui croyait en 1920 que quelques allumés qui se réunissaient dans les bars glauques de Münich pourraient mener l'humanité au plus grand désastre de son histoire ?

------------


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • retour

    De retour à la maison, avec... un mois de bagages à ranger ! (heureusement il y avait une place juste devant chez moi pour décharger)je viens de faire un tour... Lire la suite

    Par  Tidipadapam
    A CLASSER
  • D’Eric Woerth à la taxe carbone de Michel Rocard ...

    D’Eric Woerth taxe carbone Michel Rocard

    Quand nos politiques nous disent " c'est trop cher "...   Eric Woerth, le ministre du Budget, trouve que le prix de 32 euros la tonne de dioxyde de carbone... Lire la suite

    Par  Flash-News
    A CLASSER
  • De retour

    retour

    Me revoilà, après ces quelques jours d'absence, je reviens m'occuper de vous et de vos estomacs :) Figurez-vous que j'ai appris que les macarons pourraient... Lire la suite

    Par  Soarabesque
    AFRIQUE, RÉGIONS DU MONDE, A CLASSER
  • De retour

    retour

    Me voilà de retour derrière mon crayon. Deux semaines sans même en tenir un, c’est un exploit pour moi! Deux semaines aussi sans même m’asseoir devant un écran... Lire la suite

    Par  Ygreck
    A CLASSER
  • Retour

    A la normale   Après un fort ralentissement pour raisons professionnelles  impérieuses, VAC va reprendre un rythme beaucoup plus soutenu.  A la plus grande... Lire la suite

    Par  Xavier1
    A CLASSER
  • Le retour

    Du service militaire Son rôle est nécessaire et capital.  En effet, la suppression de celui-ci nous conduit au chaos. Et en matière d’identité nationale... Lire la suite

    Par  Xavier1
    A CLASSER
  • Hello - quoi de neuf depuis notre retour ?

    Salut salut, je sais le blog a été un peu mort depuis notre retour, pour ne pas dire carrément abandonné...Mais non! C'est juste qu'on a été pris par beaucoup d... Lire la suite

    Par  Grokif
    VOYAGES

A propos de l’auteur


Objectifliberte 2968 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte