Magazine Politique

Le projet de réforme des Haras Nationaux jette le trouble dans le petit milieu de l’équitation

Publié le 24 août 2009 par Hmoreigne

 Grande réforme ou suppression pure et simple du service public des Haras Nationaux ? La question taraude une partie croissante du petit milieu de l’équitation. Menées en catimini, les réflexions gouvernementales sur le sujet ressemblent plus à une épée de Damoclès  qu’à un plan de relance d’une institution plusieurs fois centenaire. Loin du brouhaha médiatique la résistance pourtant s’organise.

Les irréductibles ont commencé à se compter. Sous l’impulsion de Philippe Bombardier, ex homme du sérail, ancien directeur de cabinet de la directrice générale des Haras nationaux, un groupe Facebook a vu le jour « contre le démantèlement des Haras nationaux et pour la tenue d’états généraux  du Cheval». 3 000 membres en seulement trois mois. Pas mal !

Première étape réussie donc. La deuxième consiste, avec un brin de naïveté peut être, à s’adresser au monde politique et à celui qui décide de tout. Une lettre ouverte au président de la république est ainsi partie dernièrement en direction de l’Elysée.

Pas de ton polémique mais la transcription d’interrogations très légitimes : “Depuis plusieurs mois on entend parler d’une lettre de mission, d’un comité interministériel dépendant directement de l’Élysée dont l’objectif est de réformer– voire même supprimer – les Haras-Nationaux et l’École Nationale d’Équitation. On annonce la fusion de ces deux établissements publics, on évoque le  recentrage sur des missions dites « de service public », la création d’un groupement d’intérêt public (GIP) ; sans préciser pour autant ce que l’on entend par « recentrage » ni définir les contours de cette notion de « service public »…”

Service public “, le mot est lâché. Face à la montée en puissance des étalonniers privés, les Haras Nationaux, leur implantation sur tout le territoire et leurs tarifs raisonnables sont devenus gênants pour un secteur privé qui se soucie peu d’aménagement du territoire et d’accès au plus grand nombre à un potentiel génétique de qualité.

Peu importe la modernisation de l’institution engagée il y a quelques années. La terrible loqique de l’Etat libéral semble engagée essentiellement basée sur la suppression de postes et la fermeture de sites. Et tant pis si au passage, c’est toute la filière cheval qui vacille.

Au delà du seul sujet des Haras Nationaux c’est une nouvelle fois la méthode employée par un exécutif qui se présente en grand réformateur qui est posée. Manque de lisibilité, manque d’information et absence de volonté d’associer les acteurs concernés constituent la signature gouvernementale. Toute ressemblance sur la forme avec la réforme hospitalière et la privatisation de La Poste , pour ne citer qu’elles, ne serait évidemment pas fortuite.

Partager et découvrir
Facebook
Technorati
Wikio


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hmoreigne 111 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines