Magazine Asie

Adam et Will!

Publié le 24 août 2009 par Wilverge

Adam et Will!
Mandalay, Myanmar
(Birmanie)
Je ne sais pas si je devrais être jalouse, mais confidence pour confidence, Will, la nuit dernière, a dormi avec un moine!
Attention le scandale…
Peut-être que les mots sont forts, mais quand même, ils ont partagé un espace plutôt restreint pendant une nuit entière, dans le bus en direction de Mandalay.
Au départ, chanceux comme nous sommes, on nous assigne les sièges 29 et 30 pour les 14 heures à venir. À première vue tout va bien, c'est assez confortable malgré le fait que ce soit conçu pour des nains car, moi qui ne suis pas très grande, ma tête dépasse du siège. Heureusement, dans notre génération, nous avons appris à nous asseoir sur les reins. En dépit de ce que mes parents me disaient, je savais que ça servirait!
Dans sa tunique bourgogne et orange, l’homme au crâne chauve est assis devant. Il marmonne quelque chose qui ressemble a une prière avant de tomber dans un sommeil profond entraînant son siège cassé avec lui. Sa tête se retrouve alors couchée sur les genoux de Will eux-mêmes enfoncés dans ce qui lui sert de lit douillet pour les longues heures à venir.
Pour agrémenter le tout, une télévision projette à tue-tête un karaoké pour le plaisir de tous et chacun sauf nous!
On atteint tout de même Mandalay, avec une connaissance de plus : les moines dorment beaucoup, surtout avec une petite bière dans le nez.
Pagodes, temples, bouddhas. C'est le début des journées à enlever et mettre sans arrêt nos gougounes. Curieusement, il est permis de se coucher sur le sol toute la journée dans les temples mais, pas de s'y promener avec nos sandales même dans nos mains.
Si cela semble étrange, ce n'est rien comparé aux coutumes du Wagaung Festival. Débauche et curiosités sont désormais les mots qui me viennent à l'esprit quand je repense à cet endroit.
Au travers des kiosques de nourriture, vêtements et diverses babioles, des « half ladies », comme on les appelle ici, dansent vêtues comme des princesses. Les gens accrochent de l'argent à leurs vêtements dans l'espoir d'avoir de la chance le lendemain.
Adam et Will!
Dans une petite maison, la musique va de bon train supportant les mouvements d'une vieille dame au regard vide mordant dans une tête de poulet rôti. De temps en temps, son mari lui tend une bouteille d'alcool fort qu'elle boit goulûment.
Elle semble possédée et effectivement, on nous explique que l'esprit Nat s'est emparé d'elle, a bouilli, la rendant amnésique et que c'est pour ça qu'elle danse ainsi!
Adam et Will!
En tout cas, ma grand-mère ne fait pas ça dans les partys de Noël une cuisse de dinde à la bouche. Même sous le grand esprit Nad!
Puis, c'est au jeune Will d'en apprendre sur la vie. Dans une autre cabane, tout le monde est échauffé. La danse enivre l'assemblée. Emporté par un groupe de femmes au centre, voilà qu'il se fait dorloter et embrasser sur la joue par certaines. Ayant soudainement un doute sur l'identité de celles-ci, il me regarde inquiet et me demande si elles sont bien des femmes?
Toujours regarder la pomme d'Adam mon Will!
Par contre, si une chose ne porte pas à confusion, c'est bien l'identité des moines. Là-dessus, on ne peut se tromper. L'un d'eux vient à notre rencontre dans un temple en périphérie de Mandalay.
D'une voix douce et calme, il nous propose humblement de nous faire visiter ce lieu qui est son milieu de vie depuis 35 ans. Nous marchons tranquillement parlant de tout et de rien. Il nous présente avec fierté des endroits en dehors du circuit touristique dans la campagne.
En route, il nous invite à lui poser n'importe quelle question, sans gêne. Évidemment, la conversation s'oriente rapidement sur la politique, cherchant à connaître l'opinion locale.
Il nous dit combien les moines sont les mal-aimés par le gouvernement étant des gens instruits. Il explique comment la population est maintenue comme dans une cage ne possédant rien, pas même un passeport pour la majorité le prix de celui-ci étant trop élevé pour être accessible.
Soudainement, il s'arrête de parler, prend la montre de Will et demande l'heure. Il explique par la suite qu'un motocycliste inconnu du voisinage passait à l'instant et qu'il devait faire diversion, le pays étant truffé d'espions qui rapporte tout aux autorités. Quiconque évoquant un sujet politique avec des touristes risque la prison ici.
On ne réalise pas la chance que l'on a tant que nous ne faisons pas des rencontres comme celles-ci qui nous ouvrent les yeux sur le quotidien des autres.
- Nad, presque-cocue.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wilverge 63 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog