Magazine Europe

Le Gouvernement aura failli si l'Estonie ne rejoint pas l'euro-zone

Publié le 24 août 2009 par Bouffioux
Le Gouvernement aura failli si l'Estonie ne rejoint pas l'euro-zoneLa fin des vacances signifie le retour au travail pour tous et même pour le gouvernement.
Le Président estonien Toomas Hendrik Ilves a bien entamé la reprise en faisant une très douloureuse piqûre de rappel, très clairement adressée à Andrus Ansip, son Premier Ministre, et son gouvernement.
Ses rare interventions sont claires et piquantes (comme en Mai dernier ou il avait quasiment poussé Ansip vers la sortie). Cette fois-ci, le message est un peu plus fin mais en lisant entre les lignes le résultat est similaire.
En effet, il a rappelé que si le déficit budgétaire était plus élevé que 3% (critère de Maastricht pour rejoindre l'euro zone) et que l'Estonie n'obtenait pas l'euro, le gouvernement aurait failli dans sa tâche.
"Je l'ai répété à plusieurs reprises. Le travail du gouvernement sera évalué lorsqu'il sera clair que oui ou non l'Estonie peut rejoindre la zone euro. [...] C'est l'objectif que le gouvernement s'est fixé et les coupes budgétaires ont été faites dans ce seul but", ajoute-t-il.
"Si l'Estonie obtient l'euro, alors nous pourrons dire que la politique actuelle est justifiée. Cependant, s'il apparaît que l'euro s'éloigne [...] le travail du gouvernement aura été un échec".
Il poursuit en précisant que le gouvernement a pris de nombreuses décisions sans aucune discussion et que "si une décision est prise sans ce débat essentiel, les gens ne comprennent pas".
Ainsi, Ansip a clamé durant le Printemps que l'on avait besoin d'un nouvel Employment Act car il réduirait le chômage. "Il est aujourd'hui scientifiquement vérifiable si le nouvel Employment Act (facilitant notamment les licenciements) a apporté ce qui était prévu" continue t il.
Aujourd'hui, les chiffres montrent que le déficit public est déjà, après seulement un semestre, largement au-delà de 3% et que le taux de chômage s'envole à plus de 17%.
Ilves connait bien entendu ces chiffres et critique donc ouvertement Ansip et son gouvernement en leur montrant une nouvelle fois la porte de sortie. A lui d'être responsable et de la prendre cette fois-ci!
Bye bye Ansip!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bouffioux 717 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte