Magazine Société

Kwaidan

Publié le 25 août 2009 par Christophefaurie

Film japonais de fantômes. Bizarrement, c’est une adaptation d’un livre écrit par un Occidental (Lafcadio Hearn), qui, lui-même, avait repris des contes japonais. N’y a-t-il pas de littérature japonaise du conte fantastique ? à l’époque, seul ce qui avait été touché par l’Occident était-il bon ?...

J’ai l’impression qu’il y a eu une mode du film de fantômes au début des années 60 (cf. Les contes de la lune vague). Dommage qu’elle ne se soit pas poursuivie. Qu’est-ce que cela signifiait par rapport à l’humeur japonaise de l’époque ? Montrer au monde ce que le pays avait de plus aimable ?

Au fait, qu’est-ce qu’une histoire de fantômes ? Au début je trouvais ces fantômes peu sympathiques : ils ne pardonnent pas les faiblesses humaines. Il n’y a pas de rédemption. Mais les fantômes occidentaux, à y bien réfléchir, fonctionnent sur le même principe. Le rôle des fantômes est-il de nous hanter ? La nature nous fait commettre des actes que la morale réprouve et nous sommes poursuivis par notre conscience ? Peut-être, aussi, le fantôme n'est-il pas que le fruit du mal et de l'erreur, il peut être poursuivi par le sentiment de l'injustice, ou être inquiet de ne pas avoir fait ce qu'il aurait dû (le clan Heiké qui hante les lieux d'une bataille où il a péri dans l'honneur) ? Alors, doit-on regretter la disparition des fantômes ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine