Magazine Cyclisme

Six coureurs nationaux seulement au championnat du monde

Publié le 10 août 2009 par Jeanpaulbrouchon

Championnatdumonde6 Maintenant c’est sûr, l’équipe de France de cyclisme sur route ne comprendra que six éléments lors du prochain championnat du monde, le 27 septembre prochain, à Mendridio, en Suisse. La France du cyclisme ne figure qu’à la 12 ème place du classement mondial établi par l’UCI et en conséquence ne peut prétendre à une représentation plus étoffée lors de l’épreuve mondiale. Pour l'instant, Laurent Jalabert a préselectionné quatorze coureurs (Champion, Chavanel, Pineau, Fédrigo, Voeckler, Lefèvre, Moinard, Pauriol, Kern, Le Mével, Geslin, Casar, Brice Feillu, Riblon.)
Le cyclisme est maintenant vraiment devenu international
...

Comme aux Jeux Olympiques, la participation aux championnats du monde, pour éviter des candidatures farfelues ou inadaptées (coureurs au faible potentiel en particulier), correspond à un barème. L’Union Cycliste Internationale a ainsi établi il y a une décennie un classement des nations. Les dix premières peuvent aligner neuf coureurs, les suivantes six (c’est le cas de la France) et d’autres encore de un à trois coureurs, voire même un seul coureur. Les dix premières nations sont : l'Espagne, l'Italie, l'Australie, l'Allemagne, la Russie, le Luxembourg (grâce aux seuls frères Schleck et à Kirchen ), la Belgique, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la Norvège (grâce à Hushovd et Boassen-Hagen).
Cette peu honorable 12ème place est le reflet exact de notre pays cycliste à l’échelle mondiale. Il ne sert à rien, sauf à se remémorer des événements fastueux, de se demander depuis quelle année un coureur français n’a plus été champion du monde, depuis quand un coureur français n’a plus remporté de grande classique, depuis quand un coureur français n’a plus inscrit son nom au palmarès de l’un des trois grands tours nationaux. Il y a des archivistes pour cela et les amoureux du vélo, les vrais, ceux qui ont été vacciné au rayon de bicyclette savent tout cela par cœur.
Il convient alors de rechercher les causes de ce brutal face-à-face avec la réalité.
Le fait est que dans notre pays le cyclisme a beaucoup perdu de sa considération d’antan. Beaucoup d’épreuves ont disparu du calendrier et ne reviendront jamais. Le cyclisme national n’a pas su faire face à l’apparition de sports nouveaux plus attractifs parce que moins difficiles et plus ludiques et n’a pas su, non plus, s’adapter à la télévision sans laquelle aucun sport ne peut vivre décemment. A ce sujet les plus jeunes vont se moquer de moi, mais qu’ils demandent aux plus anciens leurs souvenirs de télévision avec Robert Chapatte pour le direct et Léon Zitrone pour le résumé du soir. Et pourtant c’était en noir et blanc sans les artifices techniques d’aujourd’hui.
Même si les affaires de dopage ne sont pas perçues par le grand public comme une raison de désamour envers le cyclisme, il est incontestable que ce sport souffre des conséquences de ces tristes épisodes qui entachent fort sa crédibilité. Des grandes épreuves, seules le Tour de France et Paris-Roubaix mobilisent les masses. Les autres tentent de survivre. Le Midi Libre a disparu, Paris-Nice a été récupéré de justesse par ASO, Dunkerque n’a plus son aura d’antan, le Dauphiné vit des heures très difficiles. La presse, qui fut à l’origine de toutes les épreuves cyclistes, ne suit plus. La pagination cycliste s’est considérablement réduite. Les mensuels ont du mal à vivre. Les directeurs de rédaction préfèrent se gausser avec un très faible championnat de France de football dont personne à l’étranger ne veut des images.
Et pourtant le dopage est inexistant dans ce sport puisque les contrôles ne sont qu’aimable plaisanterie pour faire plaisir aux gogos. Et que dire des apprentis-sorciers qui vous mettent le cyclisme en équation alors que dans le même temps un vrai chercheur, le physiologiste américain Andrew Coggan, met en pièce les théories de ces personnages dont le but n’est pas de servir le cyclisme mais de s’en servir. Actuellement on parle du Tour de l’Ain parce que Vinokourov est au départ non pas dans l’équipe Astana mais dans la formation nationale du Kazakhstan. Et la télévision d’Etat annonce même l’interview de l’exclu du Tour pour transfusions homologues (à mon avis le pire des systèmes de dopage connus). Qui va parler du très proche Tour du Limousin qui se dispute sur un parcours destiné à la course cycliste ? Les exemples sont nombreux dans ce cas. Même dans les équipes françaises, on ne jure que par le Tour de France. Il a fallu que Sylvain Chavanel court pour une équipe belge pour qu’enfin un français fasse la course devant au Tour des Flandres et à Paris-Roubaix.
La France du cyclisme est donc tombée bien bas. Ce n’est pas une raison pour l’enfoncer. Il existe des hommes et des femmes qui se dévouent toute l’année pour que la flamme ne s’éteigne pas. Il faut les aider. La nouvelle patronne du cyclisme national, Isabelle Gautheron, vient de publier son livre de route. Etudions-le avant de commencer par critiquer. Il y a plein de belles choses dans ce livre de route. Et si, d’aventure, un coureur français devenait champion du monde le 27 septembre prochain (après tout pourquoi pas, le championnat ne consacrant que le meilleur d’une journée), le problème ne sera pas effacé pour autant. La France du cyclisme n’est pas au mieux actuellement. Elle revit mais la flamme n’est pas encore assez flamboyante.

Jean-Paul


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeanpaulbrouchon 535 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines