Magazine

L’Algérie parmi les pays qui gaspillent le plus d’argent

Publié le 25 août 2009 par Adel Miliani

Selon le dernier rapport du forum économique mondial

arton135631-1251153671

La régression est spectaculaire : le dernier rapport du Forum économique mondial sur la compétitivité a dressé un tableau très sombre de la situation de l’Algérie d’aujourd’hui. Malgré les nombreuses réformes entamées au deuxième mandat du président Bouteflika, l’Algérie poursuit sa dégringolade passant de la 81e place à la 99e place. Le constat du forum est implacable : « L’Algérie a reculé de 18 places et devient le pays le plus faible de la région malgré une croissance atteignant en moyenne 4,8% entre 2003 et 2007. Le climat des affaires est encore plus difficile que dans les années précédentes ».

La confiance dans les politiques de l’Etat se détériore. L’Algérie doit non seulement moderniser son environnement institutionnel, mais il doit également entamer des réformes du marché de travail, qui est l’un des plus rigides au monde », peut-on lire dans la case consacrée au pays. L’Algérie a perdu des points en matière d’index de compétitivité. Avec un score de 3,7, notre pays devance le Mali, le Nicaragua, le Tchad et le Burundi mais reste loin derrière la Libye (91e), le Maroc (73e), la Tunisie (36e place) et l’Arabie Saoudite (27e). Le point faible de l’Algérie est dans le manque d’innovation (classé 123e), les exigences de base (61e) et les mesures incitatives (113e). Le seul point fort auquel peut prétendre le pays concerne la stabilité macroéconomique. L’Algérie se place au top 5 des meilleures performances avec un score de 6,96. Il faut dire que l’Etat algérien a réduit considérablement sa dette extérieure et jouit d’une confortable situation financière. Mais la situation reste embrouillée. Sur 134 pays, l’Algérie est parmi les 48 pays qui gaspillent le plus d’argent.

Savoir ce qui se trame en haut lieu relève encore de la divination. La transparence de la politique de l’Etat est notre point faible (112e). L’Etat fait encore du favoritisme dans les décisions du gouvernement (52e) et la qualité du système éducatif est des plus déplorables (122e). Le Forum mondial relève aussi le peu d’intensité de la concurrence locale (113e). L’absence d’un marché financier sophistiqué fait passer notre pays à la 132e position, alors que le manque d’efficience du marché du travail le fait stagner à la 132e place. Même si les analystes du Forum mondial reconnaissent que le marché algérien reste parmi les plus intéressants au monde (classé à la 51e place), l’Algérie est considérée comme un pays faiblement développé à l’instar de l’Azerbaïdjan, du Maroc, du Burundi, de la Croatie et du Brésil. Les plus gros problèmes auxquels sont confrontés les hommes d’affaires en Algérie sont liés à l’accès au financement, la bureaucratie, la corruption ainsi que le faible niveau de la main-d’œuvre. La case des crimes et des vols reste vide. Plus que tout, les politiciens algériens pèchent par manque d’imagination. Sur la capacité de l’innovation, l’Algérie est à la 133e et avant-dernière place.

Par Amel Blidi/ El Watan

Droits réservés © El Watan 2009

Facebook

Selon le dernier rapport du forum économique mondial

Posted in Adel Life, économie, News, Société Tagged: Algérie, économie, Forum économique mondial, Forum économique mondial sur la compétitivité, L’Algérie parmi les pays qui gaspillent le plus d’argent, politiques, Président Bouteflika

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Adel Miliani 213 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte