Magazine Politique

La disparition d'Yves Batrel

Publié le 25 août 2009 par Gezale
Yves Batrel est décédé des suites d'un cancer et Louviers est en deuil. Car Yves était un enfant de Louviers. Je l'ai connu à l'école primaire où nous avons usé nos blouses grises ensemble. Nous avons également partagé les joies des ambiances de quartiers, lui de la rue Pasteur et moi de la rue Adrien Breton. Ensuite, Yves est parti pour porter l'uniforme de la marine nationale et voguer vers d'autres cieux.
Il est revenu à Louviers où un autre parcours l'attendait, celui de maître-verrier. On peut dire que son talent d'artiste s'est exprimé sans retenue dans un domaine exigeant, âpre, nécessitant autant de qualités morales que manuelles. Il a acquis les techniques auprès de professionnels du soufflage de verre et progressivement son élan créatif a dominé son parcours. Il a donné le jour à des œuvres originales, authentiquement artistiques et rapidement, Yves a été reconnu par ses pairs.
Il exposait dans de nombreuses galeries prestigieuses, en France (Complément d'Objet à Martot notamment) il participait à des expositions collectives telles celle d'Alizay qui chaque année rassemblent des verriers de tous les pays, de toutes les formes et de tous les formats.
L'an dernier, Denis Goudenhoft lui avait réservé un accueil sensible et amical à une époque où Yves savait que son parcours devenait difficile lui qui souffrait avec une grande dignité et une lucidité non moins évidente. Il m'avait reçu chez lui pour me faire découvrir ses dernières œuvres et en faire quelque publicité sur ce blog.
A l'occasion de la visite que j'avais effectuée dans son atelier de la rue des Grands carreaux, il m'avait confié combien il était heureux de son parcours sans omettre d'en signaler le dur labeur et la difficulté d'être constamment plus près de l'art que du commerce. Il s'y était tenu avec abnégation au point que son atelier accueillait nombre de jeunes artistes (hommes et femmes) eux-mêmes baignés dans l'amour du verre, une matière à la fois si ancienne et moderne.
Je pense — et je ne serai pas le seul — à ses parents, ses sœurs, ses ami(e)s, sa compagne, ses enfants. Yves sera inhumé vendredi à Louviers dans une simplicité qu'il affectionnait même si nous sommes nombreux à penser que son départ, à 63 ans, a quelque chose de profondément triste.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7336 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines