Magazine Moyen Orient

La station balnéaire de Netanya

Publié le 09 octobre 2007 par Ysabelle Mazouz

Après notre halte à Tel-Aviv nous reprenons la route direction Netanya. 35 kilomètres nous séparent de cette station balnéaire qui se trouve au Nord. Pour cela il suffit de prendre l'autoroute du nord "ayalon tsafon" et s'il n'y a pas trop d'embouteillages -ce qui est rare mais ça arrive-, 30 minutes après nous sommes sur place pour admirer les mouvements de la mer qui s'étire le long des falaises de Nétanya.

Netanya c'est la ville la plus francophone d'Israel, les français et les personnes parlant cette langue n'auront pas de problème de communication, on l'entend partout, dans les restaurants, les boutiques, dans les rues piétonnes, sur la plage.... on en oublierait presque que l'on est en Israël mais la couleur du ciel, la température, les odeurs épicées des marchés et l'ambiance qui règne dans ce coin de méditerranée nous rappelle bien que nous sommes dans la "perle du Sharon", surnom de cette ville.

Née en 1929, elle fut nommée "Nathan Strauss", du nom d'un célèbre marchand new-yorkais, , mais ce nom fut vite abandonné, Nathan Strauss n'ayant pas concrétisé l'aide financière qu'il avait promise. Elle fut rebaptisée "Netanya" qui veut dire "cadeau de Dieu".

Ce qui attire et ravit l'oeil en tout premier lieu ce sont ses plages de sable fin qui s'étendent à l'infini. 11 kilomètres distribuent 7 plages différentes, toute surveillées et équipées. La plage Sironit est la plage centrale et principale, on y accède soit par escalier, soit par ascenseur, Elle est entièrement équipée et possède son restaurant. Tout à côté d'elle, la plage Herzl possède un centre nautique. Si vous êtes jeunes, c'est à la plage "Haonot beach" plage des Saisons (au pied de l'hôtel du même nom) que vous trouverez votre bonheur, cette plage possède en plus une boite de nuit. La plage  Qiryat Sanz, qui porte le nom d'un quartier orthodoxe religieux du nord de la ville  accueillera les religieux orthodoxes, avec une plannification de jours et d'horaires pour accueillir les hommes et les femmes en alternance. A côté de celle-ci et tout au nord à la limite de Nétanya, la plage En Hateckhelet appelée  encore "blue beach" semble plus sauvage mais ce n'est qu'une illusion, elle est équipée comme les autres, même si elle acueille moins de monde.  Plus au sud, en retournant vers Tel-Aviv, la plage Argaman et la plage Hayaroq  (ou encore plage de Poleg), n'ont rien à envier aux autres plages, elles sont très bien aménagées et possèdent elles aussi leur restaurant.

(Sironit beach - octobre 07)

Afin de pouvoir regarder ces plages en toute quiétude et si vous avez envie de vous poser pour admirer un coucher de soleil, la ville a aménagé une promenade qui s'étend sur 5 kilomètres le long des falaises. C'est une balade agréable et délicieuse qui nous est offerte, nous déambulons à travers des jardins, à 40 mètres au dessus de la mer, les paysages sont magnifiques et nous avons tout le temps de voir les voiliers qui barbotent sur une  mer tantôt d'huile, tantôt agitée,  dont les couleurs dégradées suivent ses mouvements d'humeur. Au loin,  l'horizon inerte et fier nous fixe et nous nargue.....l'appel du large nous fait rêver à d'autres contrées et il est bon de s'asseoir sur un petit banc pour y penser....

(Promenade Harishonim)

Après la plage, je vous emmène faire un petit tour en ville et plus particulièrement sur le Kikar Haatzmaout, rue piétonne et très fréquentée. Cet endroit c'est le centre de Nétanya, il donne directement sur la mer et c'est de chez lui que l'on accède aux plages Herzl et Sironit.

(Kikar Haatzmout, Place de l'indépendance)

Le prolongement de cette place nous mène vers une rue piétonne très animée et bordée de cafés et restaurants en tous genres. Beaucoup de boutiques aussi et quelques unes qui font rappeler la France, comme des crêperies ou encore des patisseries françaises.

Vous remarquerez sur les photos qui vont suivre que les restaurants ont mis les souccas, ce qui est normal puisque je suis allée prendre ces photos pendant les fêtes de souccot. Il y avait pas mal de touristes et durant les quelques heures que j'ai passées à Netanya je n'ai entendu parler pratiquement que Français.

J'aimerai maintenant vous montrer une  photo du Park hôtel. Cet hôtel est situé en bord de mer, près du kikar Haatzmaout, entre la plage Haonot et la plage Herzl. Si je tiens à vous présenter cet hôtel c'est parce qu'il possède une histoire terrible qui nous rappelle que sur cette belle terre d'Israël, pays où coule le lait et le miel, la folie des hommes peut être meurtrière et le chemin qui mène à la paix est encore semé d'embuches et semble si loin.... loin comme cette ligne bleue, là bas sur la mer, horizon qu'on voudrait atteindre mais que l'on ne peut jamais toucher.....

Mercredi 27 mars 2002, nous sommes en pleine fête de Pessah, c'est le premier soir et l'hôtel accueille des touristes, beaucoup sont venus de France avec leur famille, mais il y a aussi des Israéliens venus participer au Seder, prière du premier soir de la Pâque Juive.

A 19 h 30 , un terroriste pénètre par la porte principale de l'hôtel, -au moment ou le garde de sécurité inspecte les caves du sous-sol de l'hôtel-. Il se place au centre du Lobby et se fait exploser. Le bilan est terrible, 30 morts et 140 blessés.

L'hôtel a, depuis, repris ses activités, il a été rénové mais porte en lui les stigmates de cette cruelle soirée de pessah 2002. On ne peut s'empêcher d'y penser lorsque l'on passe devant et je me devais de vous le faire connaître ou de vous le rappeler.

Pour les victimes de cet attentat mais aussi pour ceux qui sont restés et qui souffrent tout autant, ci dessous, une photo de la mer avec ses voiliers, embarcations paisibles et sereines, ballotées sur une mer calme et tranquille, voeux de paix pour cette terre tant décriée....

Un dernier regard vers la mer, un petit tour dans les quartiers résidentiels et il est temps de reprendre la route pour notre prochaine étape. On aperçoit au loin l'hôtel Carmel, majestueux bâtiment qui surplombe la mer et la "tayelet" (promenade) qui déploie ses bras et nous invite à venir flâner le long de son petit chemin betonné.

Instants de flânerie face à la mer..... encore un peu de rêve, je sens un vent léger qui pousse subrepticement les rayons du soleil, les petits voiliers regagnent la rive, fatigués du tango incessant de l'eau.... et nous prenons notre envol pour notre prochaine destination....


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ysabelle Mazouz 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte