Magazine Société

Le débat secondaire des primaires

Publié le 26 août 2009 par Flavienneuvy

Voici donc le débat majeur qui préoccupe la France entière le PS à quelques jours de la rentrée scolaire : faut-il des primaires à gauche pour désigner le candidat unique en 2012 ? Débat central, fondamental qui préoccupe évidemment au plus haut point le bon peuple de France. D’ailleurs le sujet est tellement important qu’il est à la une d’un quotidien national ce matin avec « l’appel des 100 » pour des primaires (lire ici) . L’idée est venue d’une filiale du PS, la fondation Terra Nova, qui a travaillé dur pour en arriver à cette certitude : si la gauche veut gagner en 2012, elle doit organiser des primaires ! L’étude s’est appuyée sur le modèle américain pour en arriver à cette conclusion. Dommage, elle a oublié d’aller en Italie ce qui lui aurait permis de se rendre compte que ce système a tué la gauche italienne, Berlusconi en rigole encore. Comme toujours, pour défendre une cause il faut de bons avocats, et là Terra Nova a tout misé sur le talentueux Arnaud de Montebourg qui, pour convaincre ses camarades socialistes a sorti l’artillerie lourde ; morceaux choisis : « soit le PS organise des primaires, soit je quitte le PS » et pour aller où ? « Planter des choux en Saône et Loire », « je ne suis pas secrétaire national à la rénovation pour faire des cocottes en papier » (lire ici, ici et ici) . Du lourd, du très lourd.

Vivement La Rochelle et ses beaux débats à venir.

L’idée des primaires est-elle bonne ? Bien sûr que non. Tout le monde se souvient du vote interne au PS lors du dernier congrès : impossible d’avoir un décompte fiable, certaines fédérations n’envoient même pas leur liste d’adhérents rue de Solférino…Bref, organiser une élection interne au PS c’est déjà compliqué, alors imaginer une élection ouverte à tous les citoyens « ayant une sensibilité de gauche »…

Pour le reste, l’histoire récente de la cinquième république nous enseigne des choses simples :

En 1981 F Mitterrand a remporté l'élection présidentielle en dépit de la présence au premier tour de G Marchais et de Brice Lalonde. En 1988 il récidive face à André Lajoinie et Antoine Weachter. En 1995, Jacques Chirac l'emporte en dépit de la lutte du premier tour interne au RPR qui l'a opposé à E Balladur et en dépit de la présence de P de Villiers. En 2002, le président sortant affronte au premier tour F Bayrou, C Boutin, A Madelin...Donc pour gagner une élection présidentielle, nul besoin d'éliminer dès le premier tour tous ses partenaires potentiels du deuxième.

Flavien Neuvy


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Flavienneuvy 1312 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine