Magazine

Développement durable, etc…

Publié le 26 août 2009 par Jfa

C’est un concept si souvent utilisé et si souvent n’importe comment qu’il me semble nécessaire de revenir aux sources et d’en aborder la problématique, afin que nous puissions en discuter en connaissance de cause sur ce blog.

Le concept a été forgé par la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement dans le rapport Brundtland en 1987. Dans une version ultérieure du rapport, l’adjectif “durable” a été remplacé, sauf en France, par “soutenable”.

Selon ce rapport: “Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion :

  • le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et
  • l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir”.

Comme on le voit, le terme se préoccupe d’environnement bien entendu, mais aussi de social: “Un monde où la pauvreté et l’injustice sont endémiques sera toujours sujet aux crises écologiques et autres”. Enfin, la quatrième composante du développement durable, outre ses préconisations pour l’économie, le social et la préservation de l’environnement, est dans l’approfondissement des mécanismes démocratiques et de la participation citoyenne. Signalons que ce corpus théorique pourrait, s’ils en avaient le courage, remplacer avantageusement le triste fatras idéologique social-démocrate, à la condition que ces derniers rompent avec leur aile libérale.

Ces thèses, honnies par les milieux économiques (on parle de faire payer les pollueurs et les utilisateurs économiques de biens publics fondamentaux comme l’air et l’eau), méprisées par les tenants de l’ordre établi (du fait des lobbies économiques et financiers) hors quelques déclarations et actes symboliques, sont aussi, depuis quelques temps, mises en cause par d’autres sources. Notamment par les partisans de la décroissance, telle que la préconisait déjà le Club de Rome au début des années 70, qui argumentent de l’épuisement programmé des matières énergétiques et premières et s’appuient sur un outil: l’empreinte écologique pour montrer où nous conduit cette frénésie consommatrice et gaspilleuse. Vous pouvez  calculer la votre là. La décroissance est aussi soutenue par les mouvements anti-pub. Sur la décroissance, voir aussi le lien proposé hier en commentaires par Christian.

Et il est vrai que si tous les chinois, indiens et brésiliens atteignent le niveau de consommation des pays développés (ce qu’ils sont en droit de légitimement souhaiter), il est à craindre que la terre n’y résiste pas. C’est pour ces raisons qu’une partie des Verts (depuis longtemps) et d’Attac (depuis peu), préfèrent parler de développement qualitatif et de décroissance plutôt que de poursuivre dans “la voie du productivisme”. Pour eux, il faut “décélérer dans tous les domaines, sauf dans l’éducation ou la culture” (Developpement durable).

A ce stade, nous naviguons entre Charybde et Scylla, les deux monstres marins que la mythologie grecque situait au détroit de Messine: entre les énormes difficultés sociales que risquerait d’entraîner une décroissance peut-être vitale et nécessaire d’un côté et, de l’autre, les irréparables dégâts qu’une croissance, autre qu’extrêmement sélective, ferait courir à notre planète.

- Procès Colonna et lois anti-terroristes. AgoraVox.

- “Sarkozy ne renonce pas au bouclier fiscal. Même pour les bonus des traders!”. Marianne.

- “Spleen digital”. Le Monde.

- “PS, panne d’attraction et primaires sans frontières”. Une intéressante analyse de B. Stora sur MédiaPart.

- Sans taire de très nombreuses divergences, je trouve des éléments fort intéressants dans la tribune de Pascal Lamy du Monde.

- “Un nombre de plus en plus important de ses adhérents vivent de et pour la politique. Avec la décentralisation, on a assisté à la montée en puissance d’une haute fonction publique territoriale et de collaborateurs d’élus, membres des cabinets ou salariés des collectivités locales qui se retrouvent militants semi-professionnels. Ce système endogamique fonctionne en vase clos, dans un milieu social fermé, entre personnes liées par des intérêts professionnels et politiques qui se confondent. Loin en tout cas des groupes sociaux que le Parti est censé représenter ou défendre”. Rémi Lefebvre parlant du PS dans Le Monde.

- Desertec. De vrais investissements utiles. Actu-Environnement. Selon les experts du projet, il suffirait d’équiper 0,3% des 40 millions de km2 de surfaces désertiques de la planète en centrales thermiques solaires pour couvrir les besoins mondiaux actuels en électricité de 18.000 TWh/an”.

- “Le nombre d’inscrits à Pôle emploi atteint 3,66 millions au mois de juillet, soit une augmentation de 33.300, en incluant les demandeurs d’emploi avec une activité réduite. Christine Lagarde avait assuré que ce serait beaucoup moins”. NouvelObs.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jfa 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte