Magazine

enrobée des formules de politesse consacrées

Publié le 27 août 2009 par Desfraises
Sous l’impulsion d’un bilan de compétences qui s’achevait hier matin, j’ai fait feu de tous bois, explorant sans trop y croire des pistes que me suggérait ma conseillère, tricotant curriculum vitae, lettres de motivation et m’attelant à mille autres choses familières au demandeur d’emploi lambda. Parmi les pistes "raisonnables" figure celle de l’enseignement que j’ai souvent côtoyé et pratiqué du bout des orteils lorsque je dirigeais des ateliers théâtre.
Me levant hier aux aurores, traînant la patte comme un condamné allant à l’échafaud, je m’imbibe de café et me conditionne. Alors que je m’habille, je glisse sur mon reflet un regard à la fois désabusé et volontaire. J’endosse mon costume de prof – au sens théâtral du terme – et je mets les voiles.
- Où en êtes-vous ? me demande la conseillère.
- Je n’ai pas fait tous mes devoirs, dis-je. Soyez gentille. Ne me grondez pas.
Elle affiche une moue presque dédaigneuse quand je lui lis les premières lignes de ma lettre de motivation :
« Au téléphone, hier matin, on m’a précisé que votre effectif était au complet. Loin de moi l’envie de voir vos enseignants vous déserter avant même la rentrée, mais vous comprendrez, je l’espère, ma démarche, s’agissant d’une candidature pour un poste d’enseignant vacataire. »
Si je l’écoutais, je rédigerais une lettre tout ce qu’il y a de plus lisse.
Je vous laisse imaginer sa mine à la lecture de la conclusion – que j'ai bien sûr enrobée des formules de politesse consacrées :
« Aurai-je l’audace de vous signaler que j’habite à moins de deux kilomètres* de votre établissement ? Visiblement, oui. Et je vous prie de m’en excuser. »
*En milieu rural, il n'est pas rare pour un enseignant de parcourir quotidiennement 50 kilomètres aller et retour.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Une seule parmi plusieurs.. Une âme soeur!

    Un certain soir là ou il faisait calme, je marchais doucement vers ma destination inconnue. J’étais encore en quête de cet ange mystérieux qui pourrait... Lire la suite

    Par  Wounded
    A CLASSER
  • Je vais t'appendre la politesse, moi

    vais t'appendre politesse,

    Non mais, des fois !!Le soir, en rentrant de l'école, le lutin est assez claire: "Je veux mon lait!" et moi "je veux, je veux... je ne comprend pas". Lire la suite

    Par  Vanessav
    JOURNAL INTIME, TALENTS, A CLASSER
  • Nouvelles sous ecstasy

    De Frédéric Beigbeder, lu par Jean-Paul Rouvecoll. Écoutez-lireéd. GallimardLivre à partir de 3,80 sur Amazon.frUne autre manière de lire : écouter la lecture. Lire la suite

    Par  Sébastien Michel
    A CLASSER
  • Activer DHCP sous Ubuntu

    Salut,Pour pouvoir surfer sur des réseaux d'entreprises, d'écoles ou d'universités il faut activer le DHCP:Editer le fichier /etc/network/interfaces sudo gedit... Lire la suite

    Par  Ubugnu
    A CLASSER
  • Nouvelle sous anxiolytique

    Ça fait quelques heures que je suis rentré chez moi, mon deuxième chez moi. Ici dans cette cité universitaire qui ne m’inspire rien du tout. Lire la suite

    Par  Wounded
    A CLASSER
  • Rage et désespoir parmi les jeunes de Gaza

    Dix jeunes gens sont assis et fument à la lumière d’une lampe à pétrole dans une pièce au rez-de-chaussée. Les drapeaux de groupes militants - Hamas, Jihad... Lire la suite

    Par  Tanjaawi
    SOCIÉTÉ
  • sous-cutané

    le vide tremblevibration de membranesoule de frôlements insondablesun chant s’en échappeécharpe en lambeauxdévêtue de vertule silence alors s’étalesur le fond d... Lire la suite

    Par  Audace
    POÉSIE, TALENTS

A propos de l’auteur


Desfraises 1912 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte