Magazine Photos

C'est si bon la frustration !

Par Ericsansault

Je viens de passer deux semaines à sillonner la région de Channel Country à la recherche du taipan. Comme je le disais précédemment, la chaleur d'un printemps précoce réveille la nature et apporte les premières pluies. Les prairies sont en fleurs, les agames se font bronzer sur les routes et les kangourous glandent à l'ombre des arbustes.


En descendant du parc national de Diamantina Lakes, je me suis arrêté sur un bon spot près de Monkira Station. Voici les coordonnées GPS du site, pour celles et ceux qui se baladent sur Google Earth : S:24°55'022'' et E:140°46'678". Cela faisait une semaine que j'attrapais un serpent par jour, une bonne moyenne même si les gentilles bébêtes étaient toutes des Pseudonaja d'Ingram.


Un matin, je trouve une mue de serpent. Une mue toute fraîche, elle n'était probablement pas là la veille. De plus, c'est une mue de taipan à petites écailles (je répète les critères pour les geeks : 23 rangées d'écailles au milieu du corps, écaille anale simple, sous-caudales divisées et large écaille temporale primaire très basse, atteignant presque le bord de la gueule).


Je retourne à la voiture, environ deux kilomètres au sud, et me dirige vers le spot en 4X4, histoire d'avoir le matos sous la main. Le soleil tape dur, le vent du sud réussi à peine à refroidir l'atmosphère et les mouches sont toujours aussi collantes. Vers 15h00, alors que je digérais tranquillement à l'arrière de la voiture, j'aperçois du coin de l'oeil une forme sombre à quelques mètres de moi. Ni une, ni deux, je bondis sur mes jumelles, puis dans mes chaussures, puis hors de la caisse. En effet, la forme sombre n'est autre qu'un taipan à petites zzzécailles ! Il vient de sortir d'une galerie de rongeur et s'est posé à l'entrée, en plein soleil. Je m'approche doucement, très doucement, l'animal ne bouge pas. Moins de deux mètres, je peux l'attraper, je suis tout près et lui, toujours immobile, me regarde tranquillement.


Soudain, une idée me vient à l'esprit. J'en ai pas beaucoup des idées, encore moins des bonnes, mais celle-ci pourra recevoir le Bad Ideas Award. Et oui, au lieu de l'attraper, de faire des photos durant deux heures et de me tripoter sur les-dites photos pendant des jours. Je retourne à la voiture pour chercher mon appareil !! Bah oui, normal !! Du coup quand je me retourne, il est plus làààààà !! Aaaahhhhhh !! La loooooooose !!!!


La suite est moins passionnante. J'ai fais le pied de grue durant 4 jours devant le trou, mais la bestiole n'est jamais ressortie (où alors durant la nuit). Je n'ai jamais été aussi frustré de toute ma vie !


Enfin bref, j'espère en trouver d'autres sur la route de Birdsville et faire des photos sympa. La mue mesurait plus d'un mètre soixante, l'individu observé était très grand et d'un bon diamètre. Ses écailles gris anthracite reflétaient le soleil de ce début d'après-midi. Magnifique. Mais bon, j'arrête, je me fais du mal.


Eric (qui se mettrait des baffes ...)


PS : j'ai gardé la mue, elle trône sur le tableau de bord, histoire de me rappeler qu'il faut toujours saisir sa chance dans la vie.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ericsansault 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines