Magazine En France

Les débuts de l'enduro en France en 1974

Publié le 27 août 2009 par Doud

En 1974

L’officialisation
- Malgré ces débuts prometteurs, il faudra attendre le mois de mars 74 pour que la FFM décide en catimini de créer le premier championnat de France d'Enduro. Les officiels ont étés tellement discrets que devant l'ignorance générale des dates, Cholet qui aurait du être la première épreuve se disputera finalement hors championnat. Il faut dire que l'année 74 commence mal pour les sports mécaniques avec le premier choc pétrolier. Beaucoup de manifestations sont interdites pour économiser le précieux carburant et le calendrier à été déterminé à la hâte après la levée des sanctions. Toujours patronné par l'Equipe et Zone 6, c'est un miracle si ce championnat à pu avoir lieu sous la houlette d'Alain Chaligne et grâce à l'habileté et la compréhension de Marcel Seery, président de la commission enduro à la FFM. Suite à des pressions locales la préfecture annule la deuxième épreuve prévue aux Rousses.

Andon, la troisième épreuve, à eu chaud aussi ! Les eaux et forêt ont fait des difficultés et ce n'est que le mercredi précédent l'épreuve que la situation s'est débloquée. Pour cette première course officielle de l'année ( les 1 et 2 juin !) on s'aperçoit que le parc à bien changé par rapport à 73. Les trails, majoritaires l'année précédente, ont laissé place à de vraies machines d'enduro. Plusieurs team se sont structurés avec des stratégies différentes. Marcel Seurat engage une grosse équipe de jeunes sur des Ossa Phantom très préparées. BPS, qui fait une grosse percée, équipe de nombreux pilotes par l'intermédiaire de son trophée de marque, en plus des frères Portal. Monark n'a que quelques inters comme véritables officiels mais s'assure toujours la confiance de nombreux pilotes. Les KTM sont également présentes mais connaîtront toute la saison un problème d'homologation par la faute de leur importateur. Bultaco, Zündapp comptent également quelques adeptes. La course sera belle mais dure avec de nombreux passages trialisant et une spéciale de 7 km. Victoire de Queirel (125 Monark) devant Faucher (125 Monark) et Gilles Portal (125 BPS).

Pour sa deuxième épreuve, le championnat retrouve l'Auvergne et la station de Super Lioran. Un site grandiose et une organisation quasi parfaite pour une belle victoire de Coutard et sa 250 Bultaco sur Queirel. C'est Denis Portal qui amène cette fois la 125 BPS à la troisième place. Une épreuve de rattrapage prévue fin août à Megève fut interdite par la préfecture trois jours avant.
C'est donc au Corbier que l'enduro circus se retrouve pour la troisième épreuve fin septembre. La montagne c'est beau, mais si tard dans la saison, cela présente des risques et c'est sous une tempête de neige que les premiers pilotes s'élancent. La course tourne vite à l'hécatombe et seulement trois inters rallieront l'arrivée de cette première journée et à 20h, soit en pleine nuit, une demi-douzaine de concurrents étaient encore coincés sur le parcours. Le lendemain matin il fait beau mais l'épaisse couche de neige obligera les organisateurs à annuler la deuxième journée. Le résultat sera finalement entériné sur la victoire de Rayer (360 Yamaha) devant Figureau (125 Monark) et Philippe Berthuel (125 BPS) seuls rescapés en inter. Quelques jours plus tard on apprenait l'annulation de Bourg en Bresse pour cause d'ouverture de la chasse au chevreuil !!! Ceux qui pensent qu'il est plus difficile d'organiser aujourd'hui se trompent. Il ne restait plus qu'une épreuve au programme : Troyes. Mais la commission improvisera une dernière épreuve sur un jour à Gaillefontaine le 8 décembre.

Les pilotes se retrouvent donc à Troyes les 2 et 3 novembre pour une classique redoutable. Après deux mois de pluie, Troyes c'était très gras et très long. En l'absence de Coutard on voyait Queirel facile mais un crossman venu tâter de l'enduro sur une 250 Ossa va rester au contact. Il s'agit de Michel Collot (oui, le mécano de Peterhansel). Le dernier accessit sera pour l'Auvergnat Michel Chirouze et sa 125 BPS.

Pour la finale à Gaillefontaine, c'est 360 pilotes qui se sont engagés. 72 km de boue et d'ornières visqueuses attendent tout ce beau monde, à faire 3 fois pour les inters et les nationaux. Nicolas Samofal s'aligne pour la première fois sur une Ossa Désert. Coutard à lui, ramené d'Espagne une Bultaco 250 ISDT réplica très proche d'une "Pur Sang" de cross. La course à la puissance s'organise et il ne reste plus que quelques 125 chez les inters dont Queirel que le handicap de puissance n'effraye pas malgré la spéciale disputé sur le circuit de cross. Malheureusement deux sauts de chaîne (qui finira par casser) le relégueront à la onzième place. Coutard est le plus rapide en spéciale mais 10 points de pénalités pour une ampoule grillée lui feront perdre la victoire au profit de Jacky Vernier (250 Ossa). C'est Samofal qui finira troisième.

Ce championnat mouvementé se termine sur le titre pour Queirel chez les inters et pour un jeune de la bande à Seurat chez les nationaux : Luc Henry. Une petite remarque sur l’attribution des points de ce premier championnat. La fédération avait fait le choix de donner 2 points à tous les pilotes ayant terminé l’épreuve et 1 point à tous ceux qui ont pris le départ. Cette attribution pour le moins curieuse donnant lieu à un classement à rallonge, je n’en ai pas tenu compte.

Article du site : http://enduretro.free.fr/

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Doud 9145 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines