Magazine En France

Les débuts de l'enduro en France en 1976

Publié le 27 août 2009 par Doud

En 1976

La maturité
- Autant dire qu’après la fin mouvementée du championnat 75, celui de 76 ne respire pas la sérénité. D’autant que la première épreuve prévue à Gaillefontaine les 7 et 8 février sera annulé et que la deuxième, prévue à Iffendic les 21 et 22 février, sera reporté en fin de saison. KTM et Ossa, qui gardent les mêmes pilotes, se déclarent prêt à reporter leurs efforts sur le championnat d’Europe si le championnat de France tourne au vinaigre. Malgré tout, d’autres marques décident de s’impliquer officiellement telles Montesa, Portal, Maïco et surtout Hercules. Ceci démontre bien la vitalité du marché de l’enduro. BPS continu son challenge de marque ce qui lui assure une belle participation en national. Bultaco et Zündapp annoncent une participation par l’intermédiaire de distributeurs (Bulmoto pour l’un et Green Star pour l’autre). Sur le plan des règlements, le gros changement pour 76, c’est la création de catégories par cylindrée. 125 et + de 125 pour les inters et 50, 125 et + de 125 pour les nationaux ce qui réjouit les marques spécialisées dans les petites cylindrées comme BPS. Autre incertitude, le retrait de l’Equipe et Zone 6 prive les organisateurs de l’assistance logistique d’Alain Chaligne et de son équipe ainsi que de la manne de leurs sponsors. Ils devront se débrouiller seuls.

Ce championnat va donc débuter les 6 et 7 mars à Mussidan en l’absence de Queirel, gravement blessé au Cote d’Ivoire - Cote d’Azur (ancêtre du Paris - Dakar). Couru sous un beau soleil l’épreuve s’avérera plutôt facile, bien organisé et verra une domination sans partage de l’équipe Ossa chez les inters avec les 3 premières places en 250 (Vernier, Bastide et Titaire) et la victoire de Delavault en 125. Impossible de passer sous silence la prestation de Jean Pierre Lloret chez les nationaux. Il aurait amené sa 125 BPS à la deuxième place scratch s’il avait couru en inter ! ! ! Autant dire qu’il n’a pas eu d’adversaire en national. Pour le premier championnat 50cc, BPS et Fantic ont fait de gros efforts en équipant plusieurs très jeunes pilotes (tel le futur pilote et organisateur d e SX Jean Luc Fouchet âgé de tout juste 14 ans) de machines très performantes que sont les BPS Silver Vase et Fantic RC. Est ce le soleil, la convivialité du sud ouest ou l’absence de Queirel mais ce championnat démarre finalement dans une bonne ambiance.

La deuxième manche sera radicalement différente. Si le premier jour se déroule normalement avec Vernier en leader provisoire, rien ne va plus le second jour. Une tempête de neige fait rage sur la région de Villefranche de Rouergue et les abandons se succèdent. Résultat : 6 inters et 14 nationaux à l’arrivée (dont les deux 50cc BPS de Grossier et Lagarrigue ! ). Vernier, lui, est exclu pour une irrégularité commise la veille : Il oubli de prendre son carton de pointage au départ, s’apercevant de sa bévue, il fait demi-tour et retourne le chercher par la route or il est interdit de quitter le circuit. C’est finalement Huguet (250 KTM) qui s’impose devant Boyer (175 BPS) et Faucher (125 KTM). Chez les nationaux, nouvelle victoire de Lloret mais sa performance suscite la suspicion en se permettant de passer partout à l’heure et en rattrapant des pilotes inters comme Vernier ou Samofal en liaison.

Heureusement la troisième épreuve disputée à Cros sous un temps chaud et orageux va réconcilier tout le monde. Encore une belle épreuve du moto-club d’Auvergne sur un terrain humide mais, comme toujours dans le massif central, praticable à cause du sol très rocailleux. Tout va se jouer dans la superbe spéciale de 7 km. Vernier y fera un festival, gagnant le scratch devant un très bon Philippe Ramade (175 KTM) et Huguet. Delavault gagne à nouveau en 125. Chez les nationaux Lloret fait taire les suspicions en atomisant la concurrence. A noter qu’il y a quatre 125 dans les 6 premiers scratch avec des temps qui les placeraient tous dans les 5 premiers en inter. Une nouvelle génération est en train de bousculer les anciens.

L’épreuve suivante sera pour tout le monde la découverte d’une nouvelle « Mecque » de l’enduro. C’est en effet les 5 et 6 juin que le moto-club Lozérien va organiser sa première manche de championnat à Mende. Au départ on note l’absence de Faucher blessé aux Valli Bergamasche et qui est remplacé au guidon de la 125 KTM par Jean Louis Fleurence pour tenter de contrer Delavault. Disputé sous un beau soleil, l’épreuve s’avérera usante par le rythme soutenu des difficultés. Néanmoins tout aurait du se jouer dans la très belle spéciale de Lanuéjols si certains pilotes n’avaient pas pris la mauvaise habitude de pointer dans la minute de tolérance que leur accorde le règlement. Un décalage entre l’horodatrice et la pendule vaudra à quelques-uns de ces petits malins d’être pénalisé pour avance et parmi eux Lloret. Vernier va signer sa 3ème victoire devant Huguet et Boyer. En 125 et après une sévère bagarre c’est Fleurence qui s’impose un cheveu devant Delavault. Chez les nationaux Lloret écarté par sa minute de pénalité on attendait Bernard Costes (Ossa) le leader des + de 125, mais 2 minutes de retard dans le dernier CH allaient le reléguer dans les profondeurs du classement. Gervaise, auteur de chronos canons serre sa 125 KTM. Schell (250 Maïco) victime d’une crevaison, c’est finalement Pierre Guinet qui amenait pour la première fois une Montesa à la victoire. En 125 première victoire également pour Marcel Malet (BPS).

Le championnat se poursuit avec une des plus belles épreuves : Le Lioran. Malheureusement de gros problèmes d’autorisations ont failli contraindre le MCA à annuler la course. Ce sera d’ailleurs le dernier enduro de Super Lioran. Dans le parc on découvre quelques nouveautés comme le prototype de Francis Boyer : un 175 BPS Silver Vase équipée d’un moteur Rotax annonciateur des fameuses RSGS. Présentes également les 125 Gilera Elmeca, répliques des Gilera d’usine des ISDT 74 à Camerino et importées par BPS. Autre curiosité : Michel Lioux a échangé sa 125 Ossa contre une 360 Husqvarna à boite automatique ! Malgré la sécheresse qui sévi en cette année 76, tout le monde s’attends à des difficultés dans l’ascension du Puy Griou mais ce seront deux grimpettes anodines de terre meuble et de cailloux roulants en sous bois qui vont créer le plus de souffrances et d’abandons. Les organisateurs avaient bien prévu une déviation par un sentier mais un exploitant forestier motophobe l’a obstrué avec de gros tronc ! Le circuit qui monte jusqu’à 1700 m d’altitude demande beaucoup de puissance et de souplesse et favorise donc les grosses cylindrées. Lloret le sait et en fin metteur au point il va passer toute l’après-midi du vendredi à pinailler la carburation de son Sachs 6 vitesses, passant point par point d’un gicleur de 140 à un de 115 ! ! A noter que le MCA a repensé son circuit afin que le départ, la spéciale et 3 des 4 CH soient regroupés au même endroit. Au soir du premier jour, qui a vu seulement une trentaine de pilotes sur les 400 engagés finir dans les temps, c’est Nicolas Samofal qui mène devant les 2 prétendants au titre : Huguet et Vernier. En national Lloret, très impressionnant dans la spéciale en descente, prend le large. Le deuxième jour sera plus calme. Samofal conservera la tête et profitant de quelques ennuis de Huguet, Vernier prends la 2ème place, s’assurant pratiquement le titre. En 125 par contre rien n’est joué avec une nouvelle victoire de quelques secondes de Fleurence sur Delavault. Chez les nationaux et dans une spéciale cette fois tout en montée, Lloret n’a rien pu faire face à la puissance de la 250 de Costes et fini 2ème à 4/10ème de seconde ! Tous les deux sont d’or et déjà titré dans leur classe. Depuis que le team Hercules a décidé d’abandonner les moteurs d’usine pour des motos de série, ils ont retrouvé la fiabilité et Jean Pierre Richard fini 3ème avec sa 175.

Sixième manche du championnat et 3ème manche organisé par le moto-club d’Auvergne ! C’est à Saugues cette fois. Saugues qui verra le retour de deux vedettes de la saison 75 : Queirel et ... la pluie ! Deux retours qui feront du bien à l’épreuve. Queirel pour redonner du piquant à un championnat déjà joué et la pluie pour sauver la course de l’annulation. La sécheresse sévi toujours en France et les agriculteurs ont des soucis. Les motos, c’est bien connu, ça crache le feu. Aussi une rumeur anti enduro monte parmi les propriétaires à un point que le quotidien local titre : « Les habitants de la région de Saugues disent non à la moto ». Toute la journée du vendredi le MCA négocie avec le préfet, le maire et les notables, modifie son parcours en supprimant de nombreuses et magnifiques portions quand, soudain, l’orage éclate, noyant la région sous des trombes d’eau qui ont le mérite de rafraîchir aussi les esprits. La course aura lieu mais sur un circuit un peu dénaturé. Le duel tant attendu entre Vernier et Queirel n’aura pas lieu. Vernier a décidé de ne pas forcer son tallent et d’assurer son titre. Ce qui fut fait après l’abandon de Huguet sur crevaison. Néanmoins Queirel a forcé l’admiration de tout le monde, lui qui, quelques mois auparavant n’était que l’ombre d’un être humain, affaibli par deux opérations. En 125 par contre, la bataille fait rage et encore une fois, Delavault ne peu rien face à la puissance de la 125 KTM de Fleurence. Jean Pierre Mathieu fini à quelques secondes avec une 125 Hercules enfin en pleine santé. Chez les plaques vertes, Lloret et Costes, libérés de la pression du titre, vont se tirer une bourre d’enfer pendant toute la course pour finir dans cet ordre. Encore une fois c’est Richard (Hercules) qui fini 3ème à 3 centièmes de Costes ! En 50cc Christian Lagarrigue grâce à sa victoire donne un deuxième titre à BPS. La finale prévu les 11 et 12 septembre devra décider du dernier titre : celui des 125cc inter.

Pour cette dernière course on quitte l’Auvergne pour la Bretagne et Iffendic. Et les enduristes font une nouvelle démonstration de l’efficacité de leur danse de la pluie. Il règne une sécheresse terrible sur la Bretagne et c’est juste le jour de la course que le ciel décide d’ouvrir ses vannes. Une tempête terrible va s’abattre sur la région pendant la nuit, arrachant flèches et banderoles. Comme en plus les temps ont été prévus pour un terrain sec sans rapport avec les successions d’ornières et de trous d’eau que vont avoir à affronter les concurrents, une course très ouverte s’annonce. Pour le dernier titre en jeu, Delavault qui trouve sa Ossa trop juste pour rivaliser avec la KTM a décider de prendre le départ avec une 125 Husqvarna. Autre changement, Lloret va essayer la Gilera Elmeca. Dès le premier jour c’est la déroute. Tout le monde se perd plus ou moins et aucun inter ne passe à l’heure au CH 2 : Queirel 2 mn, Huguet et Fleurence 4 mn, Samofal Vernier et Delavault 5 mn. Mathieu qui a abandonné l’Hercules pour une BPS casse son allumage. Le deuxième jour ça continu. Huguet (crevaison) et Samofal (guidon cassé) abandonnent. Delavault crève, répare mais prends une minute de plus, puis finalement abandonne piston percé. Fleurence donne in extremis le titre à KTM en remportant les 4 dernières courses. 7 inters seulement à l’arrivée et 2ème victoire de Queirel. En national, les déjà titrés Costes (blessé) et Lagarrigue sont absent. Avec leurs temps un peu moins serrés, 4 nationaux arriveront à passer à l’heure le premier jour : Lloret (125 Gilera), Malet (125 BPS), Richard (175 Hercules) et Eric Grossier (50 BPS) ! ! ! Le deuxième jour Lloret prend plusieurs minutes suite à divers ennuis et laisse la victoire à Richard devant Malet et Xavier Audouard (125 BPS) qui avait pris 1 minute la veille mais qui a réalisé les meilleurs temps en spéciale sur les 2 jours. Grossier fini 4ème scratch. Paul Puech sur un 50 Fantic RC termine lui 9ème scratch. ! Avionesque les 50 cc !

La saison est terminée. Si la bagarre a été moins intense que l’année précédente, elle se sera déroulé dans un climat plus serein. Le niveau des organisations est en hausse et un vent de renouveau aura soufflé au niveau des pilotes. Ces jeunes nationaux aux dents longues sauront-ils s’adapter au rythme des inters ?

Article du site : http://enduretro.free.fr/

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Doud 9492 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines