Magazine Environnement

Quand le journal Sud-Ouest dépasse les bornes

Publié le 27 août 2009 par Anne-Sophie

Je crois que nous devrions demander à certains journalistes de ce journal monopolistique local quand ils comptent aller faire les poubelles du président de la région Aquitaine afin voir s’il trie bien ses déchets, ou embaucher un paparazzi pour vérifier que le maire de Bordeaux coupe bien l’eau lorsqu’il se brosse les dents ou qu’il se rase. Avec un peu plus de recherche d’angle journalistique, peut être trouveraient-ils utile, afin d’estimer le degré d’écologie des représentants locaux, de faire leur bilan carbonne, un peu à la manière de Terra Eco pour les présidents …? Et de conclure ainsi sur la personalité locale la plus écolo de la région?

Mais non, je suis persuadée que ce serait trop leur demander: au lieu de s’intéresser au fond des choses, ils préfèrent des attaques en règle dans lesquelles l’information n’est pas complète ni exacte. Certains de leurs papiers sont de simples torchons simplement destinés à casser la réputation des personalités visées sans le moindre degré de finesse, en frôlant, à force de répétition, la diffamation.

Car oui, ils vont un peu trop loin chez Sud-Ouest actuellement, et bizarrement s’en prennent toujours aux mêmes (le “mêmes” s’applique indifféremment à ceux de droite qu’à ceux de gauche, même s’il y a plus d’articles ciblant Rousset que Juppé par exemple).

Quoi qu’il en soit, ce matin, voilà la UNE es titres du jour tels qu’ils arrivent dans ma boîte à emails:

Sud Ouest Une du 27 aout 2009

Naturellement, je clique et tombe sur cet article. C’est du grand art dans le style torchon imbibé d’essence prêt à flamber pour être bien vu, aiguiser des opinions sans porter l’attention des lecteurs sur les vraies actions menées par nos dirigeants.

Cet article, quand on le lit, met en colère. Il contient dans le premier paragraphe la seule chose qui importe au journaliste: “Alain Rousset, le président PS du Conseil régional d’Aquitaine, n’a pas forcément la réputation d’avoir la fibre très écolo. L’incident survenu sur les hauteurs d’Aydius, en haute vallée d’Aspe, dans le périmètre du Parc national des Pyrénées, ne corrigera certainement pas cette image.” Il n’y a qu’à voir le nombre de commentaires et a traînée de poudre provoquée par l’article sur Facebook pour se rendre compte de la stratégie du média. La ficelle est très grosse.

Problèmes

1 - Revenons sur la notion de réputation évoquée ci-dessus. Cette réputation, qui l’a fait? N’est-ce pas avec ce type d’articles que l’on fait une réputation? Et quel est le message derrière? Qu’est-ce qui nous importe vraiment, en tant qu’Aquitains? Que Rousset soit écolo ou que les politiques qu’il met en place le soit? Car pour le coup, le journaliste n’en dit pas un mot, il fait de l’e-media, du pseudo scoop digne du Post.fr…

2 - Bien plus encore, le “cet incident n’arrangera pas son image“. Ben oui, avec une telle entreprise de sappe et la volonté que son image soit merdique, c’est normal. Qu’est-ce qui pousse donc le journaliste à écrire un tel article? Car des écolos en 4×4 il y en a pas mal et je lui souhaite de ne pas être trop déçu à Dominique Richard… s’il savait que Nicolas Hulot lui même (a) fait du 4×4 de temps en temps, que beaucoup d’écolos à la tête des plus grosses associations et ONG n’hésitent pas à prendre l’avion (pour aller de Paris en corse par exemple)… Le truc, c’est que personne ne le dit ce genre de chose. Normal, c’est tabou et si ça se sait, c’est contre productif. Mais c’est une réalité. Tous les écolos ne sont pas en accord parfait avec ce qu’il prônent. Parfois on a pas le choix non plus et “on fait avec”. Ici, le coup du 4×4 alors qu’on est sur une piste de montagne, c’est vraiment facile.

3 - Ce qui me gène le plus au-delà de ça, c’est la façon dont Sud-Ouest se tient à la surface des choses pour traiter des personalités et de l’écologie dans la région. Or l’écologie ne doit pas s’en dire aux images et aux discours, mais bien plutôt aux politiques publiques mises en place. Dans cet article où l’on dénonce le fait que “les pelouses sauvages composées de myrtilliers et de rhododendrons où se reproduisent perdrix et coqs de bruyère” aient été applaties, rien n’est dit sur le travail de la région, depuis des années, pour préserver la biodiversité? On met sur le dos de Rousset la responsabilité de l’A65, mais est-il nécessaire de rappeler que Juppé, Rousset ET Bayrou étaient pour??? Ce projet n’est donc pas le fait d’un seul homme. Les autres ne sont pas plus écolo que lui non plus dans le fond.

Enfin, je mettrai ma main au feu que Dominique Richard n’était pas sur les lieux le week end dernier. Il ne sait pas comment les choses se sont véritablement passées, mais on lui a juste lâché “hey, on a un scoop, Rousset en 4×4 dans un parc régional“… Après, il a brodé. Je ne suis même pas sûre qu’il ait demandé des explications au principal intéressé ainsi qu’il l’affirme (cela m’est déjà arrivé de voir passer une info dans Sud-Ouest sur un projet que je mène localement. Ils en ont parlé sans m’appeler, et ont affirmé qu’il y avait 150 personnes à l’événement… au lieu de 30 en réalité. C’est dire.) Enfin, regardez bien la photo: c’est une photo d’archives. Sans plaque d’immatriculation. Je suis sûre qu’ils ont bien fait exprès de prendre un gros 4×4.

Question donc: avec ça, fait-on du journalisme ou du Canard de bac à sable? Est-on là pour faire de l’audience et juste de l’audience? J’en ai vraiment peur. Et on souffre beaucoup dans la région de n’avoir qu’un quotidien papier, ça ne pousse pas à la qualité. Vraiment pas.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anne-Sophie 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine